Temps de lecture estimé : 2 minutes

Dans le cadre du programme de réaménagement des cimetières, les personnes ayant inhumé des défunts sont invités à se manifester au service juridique afin de procéder à l’identification des tombes et des caveaux familiaux. D’ici quelques mois, la Collectivité exercera son droit de reprise sur les sépultures non identifiées. 

Réorganiser les cimetières publics de Saint-Martin est devenu nécessaire pour notamment pallier le manque de place. La Collectivité a donc mis en place un procédé visant à identifier les tombes et les caveaux familiaux en sollicitant les personnes ayant inhumé des défunts dans les cimetières publics, afin qu’ils identifient leurs sépultures. Tout l’été, les agents de la Collectivité ont reçu ces personnes directement sur site. A compter du lundi 1er septembre, c’est sur rendez-vous que ces formalités pourront être effectuées. A défaut de pouvoir identifier une sépulture, la Collectivité exercera ensuite son droit de reprise afin de libérer des caveaux (notre édition du mardi 5 août).

La première phase d’identification a concerné le cimetière de Marigot, du 15 juillet au 29 août. Ce cimetière comporte plus de 1000 tombes, dont beaucoup sont laissées à l’abandon. « La réhabilitation sera longue et fastidieuse » indique d’ailleurs la Collectivité. Les administrés ayant inhumé un ou plusieurs défunts dans le cimetière de Marigot ont été invités à se rendre sur place, où ils ont été reçus par les agents du service funéraire. Durant le mois de juillet, les agents affectés à cette tache ont reçu une dizaine de personnes par jour venues pour effectuer cette formalité. 

PRENDRE RENDEZ-VOUS

Le service des Affaires funéraires invite les personnes souhaitant procéder à l’identification de leurs défunts dans les cimetières de Marigot, Grand-Case et Quartier d’Orléans, à contacter le 0590 87 61 51, afin de prendre rendez-vous. Il est également possible d’effectuer cette démarche par email en demandant un rendez-vous à : dir-juridique@com-saint-martin.fr. Lors du rendez-vous, les administrés doivent se munir d’une pièce d’identité, du certificat de décès, du permis d’inhumer ou de tout document attestant de la date de l’inhumation.

Le réaménagement des cimetières devrait prendre 2 à 3 années. Conséquence d’une organisation anarchique couplée à l’accroissement important de la population durant ces 30 dernières années, aujourd’hui les cimetières nécessitent une véritable reprise en main. Une tâche complexe qui donnera lieu à la création de concessions, d’enfeus, de jardins du souvenir et à l’installation d’ossuaires afin de recueillir les dépouilles que ne réclameraient aucune famille. 

Commenter avec Facebook

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.