Temps de lecture estimé : 3 minutes
Depuis juin 2014, la Banque des Antilles françaises (BDAF) fait partie des partenaires financiers d’Initiative Saint-Martin Active et siège au conseil d’administration de la plateforme. Un partenariat qui devrait permettre à Initiative Saint-Martin Active d’aider de plus en plus de jeunes entrepreneurs.

Cette décision fait suite aux « multiples collaborations fructueuses que la BDAF et Initiative Saint-Martin mènent ensemble depuis plusieurs années, autour des solides dossiers de demandes de prêts bancaires préparés par la plateforme avec les créateurs d’entreprise », est-il indiqué pour expliquer ce partenariat. « C’est un partenariat dont nous nous réjouissons énormément. Voilà un an que nous travaillons ensemble. Il y a une vraie complémentarité », indiquait Marc Chakhtoura, directeur de la plateforme Initiative Saint-Martin Active, lors d’une conférence de presse qui a eu lieu lundi midi, en présence notamment d’Eva Juraver, directrice du marketing, du centre de relation client et de la qualité de la BDAF depuis 2007. La banque dit « apprécier l’expertise d’Initiative Saint-Martin en matière de création d’entreprise ». Et cinq points ont été soulignés : la plateforme instruit le dossier de l’entrepreneur et le prépare minutieusement avant la première rencontre avec le banquier. Elle partage le risque avec la banque en accordant un prêt à 0 % au demandeur, augmentant ses fonds propres et réduisant le montant du prêt demandé à la banque. La plateforme réduit également le risque pris par la banque en donnant les garanties nécessaires sur le prêt bancaire accordé. Elle apporte une double expertise sur le dossier grâce au regard et à l’analyse des 14 membres de son comité d’agrément. Enfin, elle accompagne l’entreprise sur la durée avec ses chargés de suivi, mais aussi grâce aux parrains, eux-mêmes chefs d’entreprise confirmés. Pour la BDAF, « l’officialisation de ce partenariat avec Initiative renforce sa volonté de soutenir l’économie locale en exerçant son métier de banquier, sans perte de temps, en bénéficiant de l’expertise de la plateforme et en portant un premier regard plus confiant sur le porteur de projet ». Et les deux entités, Initiative et la BDAF, indiquent que ce « couplage bancaire » permet d’augmenter le taux de pérennité des entreprises, de même que la prise de conscience de l’entrepreneur. Ce dernier « prend une posture plus engagée », a souligné M. Chakhtoura. Et c’est là, selon lui, tout l’intérêt de ce « partenariat incontournable et précieux ». Et comment ce partenariat va-t-il se mettre en forme au-delà des financements ? « Les missions de la BDAF et d’Initiative se rejoignent dans l’analyse et l’expertise conjointe des dossiers, l’accompagnement et l’aiguillage des chefs d’entreprise, et cela dans une volonté commune de promouvoir le développement du territoire », ont indiqué les protagonistes de ce partenariat.
 
Aider les entreprises en difficulté
 
Depuis 2003, Initiative Saint-Martin donne bien plus qu’un coup de pouce aux jeunes entrepreneurs. Ainsi, depuis 2003, 459 entreprises ont vu le jour à Saint-Martin par le biais de la plateforme. 65 % d’entre elles étaient toujours viables après trois ans d’existence. Mais Initiative Saint-Martin apporte aussi de l’aide aux entreprises en croissance ou en difficulté. Il s’agit là de décortiquer les stratégies, les charges, etc., des entreprises pour établir un plan d’action avec un expert-comptable et un banquier. « D’une situation de rupture, nous aidons les entrepreneurs à passer un cap difficile. Nous avons de plus en plus de demandes pour de l’aide ou un complément suite à une situation difficile », a ajouté Marc Chakthoura.
Le partenariat Initiative Saint-Martin/BDAF devrait donc permettre de soutenir les entreprises et jeunes entrepreneurs saint-martinois en 2014 « en vue d’un nouveau souffle en 2015 ».
Commenter avec Facebook

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.