Temps de lecture estimé : 3 minutes
Selon le rapport 2013 de l’Iedom pour Saint-Barthélemy, l’activité de l’île voisine permet d’envisager des perspectives économiques favorables pour 2014. Le PIB par habitant reste d’ailleurs nettement supérieur à la moyenne nationale.

Dans son rapport 2013 pour Saint-Barthélemy, l’Institut d’émission des départements d’outre-mer (IEDOM) confirme que l’activité économique « reste dynamique» en 2013 pour l’île voisine. Un dynamisme essentielleme porté par le secteur du tourisme, première activité économique du territoire, qui enregistre « une hausse de ses principaux indicateurs » indique l’Iedom. En 2013, la fréquentation de l’île est revenue à son niveau d’avant-crise avec près de 334 000 passagers accueillis. L’Iedom relève également une croissance du nombre de visiteurs de 2,7% grâce à la progression du trafic aérien (+7,1%) et de l’activité de croisière (+3,3%). De fait la taxe de séjour perçue sur le parc hôtelier et la location de villas a atteint un nouveau record en 2013 avec 5,4 millions d’euros, soit + 17,4% entre 2012 et 2013.
Si l’activité du secteur du BTP s’est quelque peu tassée en 2013, car certains grands projets ont été achevés, l’activité se maintient « grâce à la commande publique », la Collectivité ayant programmé de nouveaux chantiers en faveur de l’aménagement public. Sans surprise l’Iedom relève une situation financière « solide » pour la COM de Saint-Barthélemy, ce qui lui permet de poursuivre sa politique d’accompagnement et de soutien à l’économie locale moyennant « une politique d’investissements soutenue ».
 
Chômage bas, PIB élevé
 
Avec un taux de 4,3%, Saint-Barthélemy se distingue par un niveau de chômage particulièrement bas et un niveau d’actifs très élevé (95,7% de la population). Et même si, à fin 2013, le nombre de demandeurs d’emplois de catégorie A progresse de 21,3% sur un an pour s’établir à 330, l’île voisine continue de se différencier de nombreux autres territoires français par la faible présence du chômage.
Conséquence du dynamisme économique de Saint-Barthélemy : avec 35 700 € estimés pour 2010, le PIB par habitant de l’île se classe parmi les plus élevés des régions de France (il reste cependant inférieur au PIB par habitant d’Île-de-France) et reste nettement supérieur à la moyenne nationale (29 905 € en 2010). Estimé à 26 000 € en 1999, le PIB par habitant a donc nettement augmenté en 11 ans, parallèlement à une croissance démographique soutenue (+2,1 % en moyenne par an entre 1999 et 2010). La croissance annuelle moyenne du PIB en valeur est estimée à 5,4 %.
A noter que les revenus des résidents fiscaux de l’État rejoignent davantage ceux de la France métropolitaine que ceux de la Guadeloupe. La catégorie des revenus entre 12 000 € et 20 000 € est toutefois plus représentée à Saint-Barthélemy qu’en France métropolitaine car elle rassemble 33,9 % des foyers à Saint-Barthélemy contre 25,9 % en France métropolitaine.
Selon l’Iedom, l’activité économique de Saint-Barthélemy devrait donc rester bien orientée en 2014 : « les  efforts et les actions engagées par l’ensemble des acteurs économiques de l’île vont se poursuivre vers les mêmes objectifs d’amélioration de la qualité des services et de préservation de l’île ».
Commenter avec Facebook

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.