Temps de lecture estimé : 4 minutes
Dimanche dernier, le coureur du VCG a réalisé une bonne performance lors de la 65ème édition des 20 tours de Périnet. Il termine 3ème chez les juniors.

SMW : Comment s’est passé votre séjour en Guadeloupe ?
Mathéo Patris : Mon séjour en Guadeloupe s’est très bien passé. J’ai passé ce court week-end avec des grands noms du cyclisme comme Gaëtan Fetaud (UVN), Eddy le Roux (EC Sainte-Luce), Jaques Serna (ancien VCG) et un grand ami Krystan Zozime (Madinina Bikers), vainqueur du tour de Martinique junior. Donc une très bonne ambiance qui m’a aidé et motivé pour bien finir cette course qui a été très dure.
Vous terminez 3ème de la catégorie juniors, ce qui est un bon résultat. Racontez-nous un peu cette course ?
Commençons par le début. Le départ a été donné dimanche à 8h30, au Gosier. Le circuit faisait 7 km avec cette fameuse et horrible côte de Périnet à monter à chaque tour. Les juniors devaient le parcourir 17 fois, soit plus de 120 km, et les seniors 20 fois, soit près de 150 km. Dès les premiers coups de pédales, je me suis rendu compte du niveau élevé du cyclisme en Guadeloupe. Le premier tour a été bouclé à plus de 43 km/h de moyenne. Les attaques n’arrêtaient pas ! Durant toute la course, je n’ai jamais vu mon compteur descendre en dessous de 34 km/h (ndlr : les coureurs ne regardent jamais leur compteur en montée). Même dans la côte de Périnet, la vitesse était vraiment élevée. Après 4 tours, j’avoue avoir eu envie d’abandonner.
Qu’est-ce qui a fait que vous n’avez pas déposé le vélo ?
Je suis fort dans ma tête. C’est ça qui m’a permis de bien finir la course et bien. J’ai souffert toute la course mais je me suis accroché. Quand Ludovic Turpin (VCG) est parti dans la première échappée, je n’avais pas aperçu que deux juniors avaient réussi à le suivre. Du coup, cela m’a fait perdre les 2 premières places. Ce n’est que 3 tours avant la fin qu’un des juniors du groupe où j’étais me donne la nouvelle qu’il y en avait deux devant. Je me suis tout de suite énervé ! Dès la côte, j’ai pris la décision d’attaquer. Personne de mon groupe d’une vingtaine de coureurs n’a pu me suivre. J’ai fini les 2 derniers tours, seul, à 42 km/h de moyenne.
 
« Je m’entraÎne très dur pour progresser ! »
 
Malgré des conditions météo difficiles, vous bouclez ces 120 km à plus de 38 km/h de moyenne.
Le parcours était très vallonné, la chaleur horrible et il y a même eu une très grosse pluie. Je suis très fier de cette 3ème place. Je me suis préparé pour des courses comme ça. Je m’entraîne très dur pour progresser ! En Guadeloupe, beaucoup de personnes ont été étonnées de voir qu’un jeune de Saint-Martin qui s’entraîne à Saint-Martin, puisse faire cela. J’étais très heureux ! Mais bon, c’est déjà du passé. Je ne prends pas la grosse tête. Je continue de m’entraîner très dur avec pour objectif le championnat junior des Caraïbes, les 4 et 5 octobre au Suriname, suivi du championnat élite des Caraïbe, le 11 et 12 octobre à Puerto Rico.
 
TURPIN EN COSTAUD
Plutôt discret lors du Tour de la Guadeloupe, à l’image de sa formation, Ludovic Turpin (VCG) a sorti le grand jeu dimanche, à l’occasion des 20 tours de Périnet, la plus ancienne des courses cyclistes de Guadeloupe. Alors qu’il accusait 3 minutes de retard sur les sept hommes de tête, Ludovic Turpin a effectué une remonté fulgurante. Luis Sablon (USBM) et consort n’ont pas pu suivre la cadence imposée par le sociétaire du Vélo club de Grand-Case. Seul Cédric Pouvin (VCTR) a réussi à tenir le rythme. Turpin le lâche finalement dans les derniers mètres et franchit la ligne seul, en vainqueur. « Ma seule chance de gagner était d’user les coureurs, explique Turpin. J’ai attaqué dans la bosse à tous les tours. J’ai tout donné. C’était risqué, mais je n’avais rien à perdre. » Et même tout à gagner !
Commenter avec Facebook

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.