Temps de lecture estimé : 3 minutes
Le 29 août dernier, nos voisins de Sint Maarten votaient pour élire les nouveaux membres de leur parlement. Mais, comme en 2010, une coalition s’était formée, empêchant l’UP, parti qui avait remporté le plus de sièges, de se retrouver sur les bancs de la majorité au parlement. Mais aujourd’hui, l’UP a renversé la vapeur.

Le lendemain de l’élection, et alors que le parti United People (UP) avait remporté le plus de voix (sept sur quinze), une coalition s’était formée samedi entre la National Alliance de William Marlin (quatre sièges), l’United St. Maarten Party de Frans Richardson (deux sièges) et le Democratic Party de l’actuelle Première ministre Sarah Wescot-Williams (deux sièges). Avec huit sièges, ils auraient fort bien pu former une nouvelle majorité et devaient travailler à la formation d’un nouveau gouvernement. Mais c’était sans compter un énième rebondissement. En effet, alors que ces trois partis politiques étaient en passe de former une coalition, la « formation Marlin » l’avait-on baptisée, le ministre de la Santé Cornelius de Weever, qui appartient au même parti que la Première ministre, a décidé qu’il ne voulait plus de son poste de ministre de la Santé, mais qu’il souhaitait au contraire prendre son siège de député pour lequel il a été élu le 29 août dernier. Il en a donc informé Mme Wescot-Williams. Pour rappel, un ministre ne peut pas également siéger au parlement. Le formateur de la coalition US/DP/NA William Marlin se retrouvait donc dans une situation embarrassante puisque le député élu Cornelius de Weever refusait désormais d’abandonner son siège au parlement pour reprendre son poste de ministre, les privant du siège qui leur donnait la majorité face à l’UP. La semaine dernière, le tableau commençait donc à se dessiner : une nouvelle coalition était en train de se former entre l’ancienne majorité UP et ses sept sièges et le candidat DP Cornelius de Weever et son siège, donnant enfin à l’UP la majorité tant espérée (huit sièges sur quinze).
 
Fin de la « formation Marlin »
 
Le gouverneur Eugene Holiday commençait alors les pourparlers autour de la nouvelle formation après que le leader du parti UP, Theo Heyliger, a présenté un « accord de coalition » pour la période 2014-2018. Cet accord a été signé par les sept membres de son parti qui ont été élus députés et le député Cornelius de Weever. Et selon le gouverneur Holiday, le leader de la National Alliance William Marlin l’a informé du fait que la majorité nécessaire pour gouverner au parlement n’existait plus. Ce dernier a également son activité de « formateur » d’un gouvernement. M. Holiday a donc immédiatement décidé de commencer de nouvelles consultations pour aboutir à la formation d’un nouveau cabinet. Les élus ont jusqu’au 3 octobre. A noter qu’ils siègeront à partir du 10 octobre prochain au parlement. Selon William Marlin, « la triste réalité » de la politique à Sint Maarten, c’est que trop de personnes « refourguent » leurs sièges parlementaires « au meilleur offrant » et les utilisent pour « prendre l’avantage ». Et d’ajouter qu’il ne faisait pas tant référence au « commerce » de sièges contre des gains financiers qu’à l’utilisation de ces sièges par opportunité, même si, a-t-il déclaré, il a entendu parler des offres qui ont été faites.
Commenter avec Facebook

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.