Temps de lecture estimé : 3 minutes
Jeudi après-midi, le préfet Philippe Chopin rencontrait le ministre de la Justice de Sint Maarten Dennis Richardson pour un bilan sur la campagne menée conjointement par les deux parties de l’île : « Déposez les armes ». Et au vu de son « succès », elle est prolongée jusqu’au 14 novembre alors qu’elle devait prendre fin le 31 octobre.

Initiée par les deux parties de l’île pour un mois, la deuxième édition de la campagne «Déposez les armes» (« Stop, Drop and Go » côté hollandais) se déclinait en deux phases cette année : une phase d’information du 1er au 15 octobre et la phase de dépôt des armes à proprement parler du 15 au 31 octobre. Mais suite à la réunion du jeudi 30 octobre entre le ministre de la Justice de Sint Maarten, le procureur de Sint Maarten et le préfet Philippe Chopin, il a été décidé de poursuivre l’opération jusqu’au 14 novembre prochain, en accord avec le vice-procureur de Saint-Martin. Et selon les organisateurs de cette campagne, c’est le « succès inattendu » de cette campagne, ainsi que le passage de l’ouragan Gonzalo qui les ont décidés à la prolonger. Et ce succès est en effet flagrant du côté hollandais où, selon le ministre Dennis Richardson, une grande quantité d’armes à feu ont été déposées, soit une cinquantaine depuis le début de la campagne. Il indique ainsi que la prolongation de cette action « vaut le coup », même si « ce n’est que pour une arme de plus ». Côté français, six armes seulement avaient été déposées en fin de semaine dernière, le même chiffre que l’an dernier à l’issue de la campagne qui avait également duré un mois et demi. Mais les autorités de Saint-Martin espèrent en recueillir davantage d’ici au 14 novembre. Le préfet Philippe Chopin a souligné l’efficacité du « partenariat » entre les deux parties de l’île pendant toute la durée de la campagne. Quant au procureur de Sint Maarten Taco Stein, il a indiqué que le nombre d’armes déposées dépassait les espérances, ajoutant que les armes collectées étaient de toute nature et qu’elles comptaient même quelques plombs et fusils à air comprimé probablement utilisés pour effrayer les gens. La plupart des personnes venues rendre leur arme se sont dit « heureuses » de s’en débarrasser. Ils étaient quelques-uns à avoir la trentaine, mais ils étaient généralement plus âgés. Certaines armes à feu déposées étaient légales, mais leurs propriétaires souhaitaient toutefois ne plus les posséder.
 
Répression après le 14 novembre
 
À l’issue de la campagne «Déposez les armes », les autorités des deux parties de l’île vont passer à la phase «répression ». Ainsi, toutes les personnes contrôlées en possession d’une arme à feu illégale seront punies plus sévèrement, comme l’ont indiqué les responsables de la campagne, et d’autant plus que les détenteurs d’une arme auront eu plus d’un mois pour la déposer.
Que l’on réside d’un côté ou l’autre de l’île, il est possible de remettre une arme à feu au bureau du procureur de Sint Maarten (3ème étage de l’immeuble Puerta del Sol à Simpson Bay) entre 8h30 et 16h30 ou à la gendarmerie, brigade de Quartier d’Orléans ou de Concordia.   
Commenter avec Facebook

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.