Temps de lecture estimé : 5 minutes
A Baie Orientale, la Collectivité souhaite transformer la parcelle AW34, située entre le Kontiki et le Club Orient, en un véritable pôle d’attraction touristique. Objectif : tout raser pour reconstruire, en vue de la saison 2015/2016. Et surtout, mettre de l’ordre dans les AOT.

Le projet était déjà dans les tiroirs mais Gonzalo a accéléré les choses. Les baraquements situés sur la parcelle AW34 plage de la Baie Orientale – parcelle appartenant à la Collectivité – sont visés par un projet de réhabilitation pour améliorer les conditions d’occupation du domaine public et reconfigurer le site qui offre actuellement une piètre image aux touristes. « La Collectivité souhaite profiter des dégâts causés par le cyclone Gonzalo pour réaménager ce haut-lieu du tourisme saint-martinois et le rendre plus attractif » est-il ainsi précisé dans un communiqué transmis à la presse. Interrogé, le directeur général adjoint du pôle de Développement économique Pierre Brangé précise en outre que « ce projet est inscrit depuis deux ans dans les orientations budgétaires de la Collectivité (dont le budget 2014 ndlr) mais que Gonzalo a motivé la prise de décision ».
La parcelle AW 34 de Baie Orientale fourmille en effet de bicoques en bois dont certaines sont, à plus forte raison depuis Gonzalo, dans un état de délabrement avancé. Cette parenthèse anarchique située entre le Kontiki et le Club Orient dénote gravement sur cette plage sensée constituer le fleuron touristique de la partie française. En outre, nombre d’AOT (autorisation d’occupation temporaire du domaine public) doivent être régularisées. La Collectivité va donc faire d’une pierre deux coups.
 
Un nouveau pôle touristique
 
Sur la parcelle AW 34, la première phase de ce projet de réhabilitation de la plage -projet mis en oeuvre par le pôle de développement économique de la COM- a donc été lancée. Le site relooké devrait être opérationnel pour la saison 2015 / 2016, ainsi que cela a été annoncé le 31 octobre dernier lors d’une réunion entre les services de la COM, la Semsamar et les exploitants actuels du site, informés pour le coup de ces quelques changements. Le réaménagement envisagé aurait vocation à apporter « une valeur ajoutée au site en faisant de lui un pôle d’attraction touristique » précise la communication de la Collectivité. Le site doit en outre être exploitable « en journée comme en soirée ». Il s’agirait donc de créer « un nouvel ensemble cohérent tout en conservant l’esprit créole contemporain de cette partie de la Baie orientale ». Les esquisses du projet envisagent la construction de « structures légères déclinées en quatre modules » et comportant chacune «  deux restaurants et une boutique ». Sont aussi programmés l’installation d’un marché touristique, une promenade longeant la parcelle, un parking de 80 places et la réfection de la route pour y accéder. Au total, c’est donc un ravalement complet de la zone qui est envisagé. En outre, « on construira plus en retrait par rapport à l’eau » ajoute Pierre Brangé.
 
Raser l’existant
 
Mais pour ce faire, « l’existant sera rasé pour que le nouveau projet soit construit » a annoncé Wendel Cocks aux exploitants de la parcelle. Ces derniers vont donc pouvoir travailler durant cette saison, le temps pour la Collectivité de « lancer les procédures administratives » explique Pierre Brangé. La démolition aurait lieu en fin de saison, et la reconstruction devrait pouvoir débuter dès le mois de juin pour une ouverture du site en septembre 2015. Par ailleurs, il a été demandé aux exploitants de la parcelle AW34 « d’assurer la saison dans l’existant » sans engager de gros travaux. Des travaux qui seraient anéantis par les pelleteuses dans 6 mois.
Une douzaine d’exploitants sont concernés par ce projet. Le site, offrant par endroits l’image d’une sorte de bric-à-brac peu compatible avec les ambitions d’une destination touristique, n’avait reçu aucune amélioration depuis le passage du cyclone Luis, soit près d’une vingtaine d’années.
 
 
Quid des activités pendant les travaux ? 
Seul écueil à ce projet, l’exploitation des commerces durant les travaux, car certains sont loin d’être fermés en basse saison. Les entrepreneurs seront-ils contraints de mettre leur société en sommeil ? Des indemnités sont-elles prévues pour ceux qui tournent toute l’année et vont accuser une perte d’exploitation ? Autant de sujets sur lesquels la Collectivité va devoir plancher.
 
Une bonne occasion pour régulariser les AOT
Les AOT (autorisation d’occupation temporaire du domaine public) de certains des exploitants de la parcelle AW34 sont encore en cours de régularisation. Le projet de réhabilitation que vient de lancer la Collectivité constitue donc aussi une bonne occasion pour mettre de l’ordre dans l’occupation du domaine public. D’autant qu’en avril 2014, le conseil exécutif avait décidé d’une nouvelle tarification. Pour certaines parcelles, dont celles situées à Baie Orientale, ces nouvelles dispositions supprimaient en outre la tarification forfaitaire mensuelle et la remplaçaient par un tarif au mètre carré (25 € le m2 sur ce secteur). Le ravalement d’AW34 serait donc l’occasion de tout remettre à plat. Et pour la Collectivité, d’obtenir des loyers en bonne et due forme.
 
REACTION
Laurent, Sun Beach
« Même si ce projet arrive un peu tard il sera forcément favorable, c’est un projet ambitieux. Mais il faudra veiller à bien différencier les activités. Un commerce qui tourne avec neuf salariés n’aura pas besoin du même espace qu’un commerce avec deux salariés. Il faudra vraiment clarifier la restructuration du site et être très vigilants à créer des structures adaptées à chaque activité : un bar restaurant de plage ou une boutique, ce n’est pas la même chose. En outre, que fera t-on pendant les 4 mois de travaux ? Peut-être faut-il envisager de les faire par tranche ? Certains points sont encore très flous ».
 
 
 
Commenter avec Facebook

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.