Temps de lecture estimé : 4 minutes
Le Réseau de chirurgie et de cicatrisation (R2C) de Saint-Martin et Saint-Barthélemy organisait en début de semaine une formation sur les plaies et la cicatrisation. C’était également l’occasion de présenter le fonctionnement organisationnel et technique du projet « CATEPLAIE » (suivi des plaies chroniques par télémédecine).

Mardi en fin d’après-midi, le président de l’association R2C, le Dr. Huidi Tchero qui est chirurgien orthopédiste à l’hôpital Louis-Constant Fleming, conviait la presse pour lui permettre d’assister à une simulation de téléconsultation (consultation à distance par un médecin expert). Ce dispositif, qui existe déjà en France métropolitaine et notamment dans des zones isolées, a été créé pour assurer une meilleure prise en charge des patients atteints de plaies complexes et chroniques. Et pour mettre en œuvre ce dispositif, l’association R2C s’est associée avec des professionnels de santé du Languedoc-Roussillon, région où l’on trouve justement des zones assez isolées. Le Dr. Chloé Trial-Géri, médecin coordonnateur régional du réseau CICAT-LR (prise en charge des plaies en Languedoc-Roussillon), était à Saint-Martin pour l’occasion. C’est donc elle qui a montré au public comment ce dispositif est utilisé dans sa région, indiquant qu’il « fonctionne quel que soit le territoire, et ce malgré quelques problèmes techniques ». D’ailleurs, il est complètement opérationnel dans cette région où plus de 1 500 téléconsultations ont été faites en un an.
 
Simulation
La téléconsultation s’est donc faite à distance avec Olivier Sicard, chef de projet en télémédecine en Languedoc-Roussillon, qui était au chevet d’un « patient » et filmait la plaie à l’aide d’une tablette numérique. Les images en haute définition arrivaient en direct sur l’ordinateur du médecin qui a pu poser un diagnostic sur la plaie et donner un traitement au patient. Le tout n’a pas duré plus de dix minutes. Ce dispositif a plusieurs objectifs : « Il s’agit d’abord d’apporter une expertise au plus près des malades car les patients n’ont pas tous à leur disposition un expert en plaie et en cicatrisation », déclare le Dr. Trial-Géri. « Et d’autant plus que ces experts ne sont pas nombreux car ces disciplines ne sont pas enseignées. De plus, elles sont très difficiles d’accès et encore plus dans des zones assez isolées comme certaines parties du Languedoc-Roussillon ou des Antilles », poursuit-elle. Et de préconiser la « même qualité de prise en charge pour tous les patients, où qu’ils soient sur le territoire français ». Par ailleurs, ce projet de télémédecine en plaies et cicatrisation est également l’occasion de «réduire les coûts». Mais l’intérêt « n’est pas seulement financier, il est aussi humain », ajoute le Dr. Trial-Géri. Car outre le fait d’éviter des allers et retours en ambulance ou des évacuations sanitaires qui ne sont pas forcément nécessaires, il s’agit aussi d’éviter à des patients parfois en fin de vie, fatigués, etc., des transports en ambulance de plusieurs heures, des longs moments d’attente en hôpital, etc. qui peuvent être très lourds. « L’intérêt de la télémédecine réside aussi dans l’accès aux soignants de proximité », ajoute le médecin. Et aucune formation particulière n’est requise pour utiliser ce dispositif, il suffit simplement d’appréhender le fonctionnement d’une tablette. À Saint-Martin, il est « quasiment en place », a déclaré le Dr. Tchero.
 
Fonctionnement
 
Le déploiement du programme de télémédecine de R2C cible l’ensemble des professionnels soignants. Il se fait via le logiciel « Infinys Expert », une application qui permettra de suivre et d’enrichir chaque dossier patient lors d’épisodes de soins programmés. Cette application est accessible sur des tablettes mises à disposition par R2C et en téléchargement pour tous les professionnels qui adhèrent au programme via le site de l’association www.reseauchir-cicat.org. R2C met en place dans le cadre de la phase pilote du projet, un réseau pour la couverture des territoires de Saint-Martin/Saint-Barthélemy, par la désignation de points relais pour permettre l’accessibilité aux tablettes. Il en existe six : le CH LC Fleming de Saint-Martin, l’hôpital de Bryun (Saint-Barthélemy), l’EPHAD Bethany Home, l’Hospitalisation à Domicile (Clinique Choisy), Confort médical et Saint-Martin Médical. Lorsqu’un professionnel de soins sollicite le réseau pour un accompagnement à la prise de décision concernant un patient porteur de plaie chronique, un rendez- vous lui est proposé pour cet épisode de soin. Il pourrait s’agir d’une téléconsultation ou d’une demande de télé-expertise (d’expert à expert). Le professionnel acteur-distant sollicite le site relais le plus proche pour une mise à disposition d’une tablette afin d’organiser le rendez-vous correspondant à cet épisode de soin pris. À noter que R2C organisera en novembre et décembre une campagne de communication et de formation afin que tous les professionnels s’approprient la « prise en main » de l’application « Infinys Expert ».
Commenter avec Facebook

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.