Temps de lecture estimé : 4 minutes
Olivier Raynaud, 30 ans, vient de prendre ses fonctions à l’antenne locale du Conservatoire du littoral, qui assure à Saint-Martin la préservation de 355 hectares d’étangs et de rivages. Outre les chantiers dont il hérite, Olivier Raynaud contribuera à la nouvelle stratégie foncière du Conservatoire, validée début 2015. Entretien avec un chargé de mission qui semble avoir déjà pris toute la mesure de ses nouvelles fonctions. 

SMW : Qu’est-ce-qui a motivé votre choix pour la Caraïbe et plus particulièrement pour Saint-Martin ?
Olivier Raynaud : J’ai le plus souvent travaillé en dehors de la France hexagonale : aux Etats-Unis (Hawaii) en tant que chargé de mission pour le US Fish and Wildlife Service du ministère de l’Intérieur, et à Madagascar en tant que coordinateur de projet pour le développement d’une aire marine protégée.
L’intérêt, en Caraïbe, c’est que la zone constitue un sujet d’étude très important aujourd’hui puisqu’elle est confrontée de plein fouet aux problématiques du changement climatique. Il existe également une inter connectivité importante entre les territoires de la région. Saint-Martin a de son côté plusieurs défis à relever et notamment la maîtrise des flux liés à l’urbanisation. Une pression exercée sur les milieux naturels, accentuée par les infrastructures liées aux activités humaines. Mais Saint-Martin a une chance, ce sont ses 14 étangs : ces sites tampons entre zones urbanisées et récifs coralliens sont d’un grand intérêt écologique.  
 
Quelles sont vos priorités d’intervention ?
Le Conservatoire du Littoral vient tout juste de finaliser l’acquisition de la deuxième parcelle de Babit Point. Ces 4,8 hectares s’ajoutent aux 1,8 hectares déjà acquis en 2013. Cela nous permet donc de maîtriser la totalité du périmètre de cette portion littorale. En janvier prochain va débuter le désamiantage de la ruine encore présente. Celle-ci va ensuite être détruite et nous allons pouvoir aménager le site avec un sentier botanique qui sera bien entendu ouvert au public. Ensuite, tout au nord de Saint-Martin, le Conservatoire reste attentif au site de Red Rock. Seule la portion littorale des 50 pas géométriques dépend du Conservatoire, mais nous veillons sur la zone, même si pour le moment il n’y a pas de menace immédiate observée.
Au niveau de la Baie de l’Embouchure au Galion, il y a toujours un contentieux sur la parcelle « Boramar » qui repose sur la validité de l’arrêté de cessibilité. Le Conservatoire du Littoral entend avancer sur cette affaire afin de disposer de l’intégralité du foncier sur ce site. Car sur l’autre parcelle de la Baie de l’Embouchure, le Conservatoire a versé au mois d’août l’indemnité d’expropriation à la SCI le Galion, qui l’a encaissée. L’exploitant du restaurant de plage va devoir quitter les lieux et sa structure fera l’objet d’une démolition, de même que la ruine d’un ancien hôtel. Le Conservatoire lancera néanmoins un appel d’offres pour l’exploitation d’une activité de restauration rapide. La Baie de l’Embouchure est un très bon site pour sensibiliser les publics tant aux récifs coralliens qu’à la mangrove ou encore à la forêt sèche. Elle sera aménagée et mise en valeur de façon à ce que la population locale puisse continuer à jouir de ce site exceptionnel.
Par ailleurs la nouvelle stratégie foncière du Conservatoire du littoral, qui sera validée début 2015, permettra sans doute de dégager de nouvelles priorités telles que la protection des mornes de Pic Paradis.
 
Aux Terres Basses, le Grand étang et le Petit étang ont largement débordé suite aux récents cumuls pluviométriques. La construction d’exutoires est-elle possible ?
Pour cela il faut élaborer un dossier technique qui traite du problème et de ses origines, ainsi qu’une étude d’impact au titre de la loi sur l’eau. Ensuite il convient, dans le cadre de ce type d’aménagement, de reproduire les services écosystémiques qui fonctionnent.
Commenter avec Facebook

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.