Temps de lecture estimé : 2 minutes
L’association de médiation et d’accompagnement familial (AMAF), basée en Guadeloupe, envisage l’ouverture d’une annexe à Saint-Martin.

En Guadeloupe, l’AMAF (association de médiation et d’accompagnement familial) a été créée en 2010. Présidée par Marie-Jeanne Quinol, éducatrice et médiatrice familiale, l’AMAF propose également ses services sur les îles du Nord, depuis septembre 2013. Mandatée par Florent Szewczyk, juge aux Affaires Familiales, l’AMAF intervient ainsi auprès des familles avec enfants dans les situations de séparation et de divorce. Présente au sein du tribunal toutes les deux semaines, le vendredi, Marie-Jeanne Quinol a déjà reçu une quinzaine de familles. « A Saint-Martin principalement, la prise en compte de l’aspect culturel spécifique est important » témoigne t-elle.
En France, la semaine nationale de la médiation familiale s’est déroulée du 24 au 28 novembre. Accompagnée d’Alexandra Gibbs, éducatrice et médiatrice en formation, Marie-Jeanne Quinol est donc venue jeudi et vendredi derniers sur l’île, à la rencontre des professionnels et des avocats en particuliers. Une conférence-débat pour le grand public est d’ailleurs en projet.
 
Résoudre les conflits familiaux
 
En janvier 2015, dès l’obtention du DEMF (diplôme d’état de médiateur familial), Alexandra Gibbs entend créer une annexe de l’AMAF sur Saint-Martin. La Collectivité a été sollicitée pour la mise à disposition d’un local adapté. Un lieu d’accueil et d’écoute pour les personnes en conflit, mais aussi de rencontre et d’échange, notamment pour l’exercice du droit de visite entre parents et enfants. La médiation familiale intervient en effet dans la résolution des conflits au sein du couple séparé avec enfant (s) mais aussi entre les autres membres de la famille (grands-parents, frères, soeurs…). Elle permet d’aborder les problèmes liés à une rupture ou un conflit, de rétablir un dialogue constructif, de prendre en compte les besoins de chacun. Basée sur le volontariat des deux parties, la médiation familiale débute par un premier entretien individuel gratuit puis plusieurs séances à déterminer par accord écrit détaillé. L’AMAF propose aussi des groupes de parole entre parents et adolescents, des activités artisanales, des sorties, du soutien scolaire ainsi que toute autre action de soutien à la parentalité. Une participation financière de 60 euros par séance est obligatoire qui pourra être réduite en fonction des revenus, après convention avec la CAF.
« La médiation c’est du bon sens » a dit Linda Bérubé, médiatrice canadienne. Une citation que l’AMAF veut promouvoir pour résoudre les conflits au sein des familles.    M.L.
Commenter avec Facebook

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.