Le projet de Programme de Développement Rural 2014-2020 Région Guadeloupe et Saint-Martin est mis à disposition du public jusqu’au 2 janvier prochain. Sur la dotation globale de 179 M€, 3 M€ de fonds FEADER ont été arrêtés pour Saint-Martin, même si notre territoire n’a pas d’axe propre dans cette programmation.

Comme c’était le cas en juillet pour les fonds FEDER/FSE, le projet de Programme de Développement Rural (PDR) FEADER pour la Guadeloupe et Saint-Martin, est mis à la disposition du public pendant une durée d’un mois, soit du 2 décembre 2014 au 2 janvier 2015, ainsi que l’exige le Code de l’environnement. Placé sous l’autorité de gestion de la Région Guadeloupe, ce programme doit permettre d’optimiser l’intervention des fonds communautaires sur les territoires de l’archipel guadeloupéen, dont Saint-Martin (partie française). Le FEADER (Fonds européen agricole pour le développement rural), instrument financier de la Politique agricole commune, contribue à la réalisation de la stratégie Europe 2020 en promouvant le développement rural durable dans l’ensemble de l’union.
La stratégie du PDR pour la Guadeloupe et Saint-Martin met l’accent sur trois orientations: favoriser un environnement économique plus compétitif et favorable à l’innovation; augmenter l’emploi par des mesures de renforcement et d’adaptation des compétences en s’inscrivant dans des dynamiques de promotion territoriale; soutenir une économie soucieuse des milieux et ressources naturelles, à faible émission de C02 par l’innovation environnementale et le transfert de nouvelles pratiques.
 
3 M€ pour Saint-Martin
 
Dans la première partie du document (état des lieux, besoins et stratégies), le PDR indique clairement que pour Saint-Martin « la stratégie repose avant tout sur le développement des filières agricoles créatrices d’emploi, en particulier l’élevage » et ce « par le biais d’investissements productifs et d’infrastructures à l’échelle des exploitations ». Avec des exploitations de petite taille dont le développement doit être accompagné et compte-tenu des niveaux de formation initiale, le programme préconise notamment de « professionnaliser les acteurs » et indique que « la structuration est à poursuivre par le renforcement de la SICA ».
Mais contrairement au projet de programme opérationnel FEDER/FSE, qui présentait des axes propres à Saint-Martin, ces derniers n’apparaissent pas de manière distincte dans le programme du FEADER. Sur les 174,024 millions d’euros prévus pour la Région Guadeloupe / Saint-Martin sur la programmation, 3 M€ ont néanmoins été arrêtés pour notre territoire il y a un an et répartis début 2014 au terme d’une concertation locale ayant mobilisé la Collectivité et la CCISM, pour déterminer les secteurs prioritaires. Cette dotation « doit contribuer au développement et à la structuration de la filière agricole » indique Annick Moine-Picard, chargée de mission Europe à la préfecture. Une volonté marquée par l’évolution des crédits par rapport à la précédente programmation, ces derniers s’élevant alors à quelque 100 000 €.  
Annick Moine-Picard précise par ailleurs que l’enveloppe destinée à Saint-Martin sur 2014 – 2020 se répartit comme suit : 2,315 M€ au titre de l’aide à l’investissement ; 250 000 € pour le transfert de connaissances ; 40 000 € pour le service de conseil ; 280 000 € destinés aux services de base (biodiversité) ; et 20 000 € pour contribuer à la pollinisation (développement de l’apiculture).
 
Les spécificités locales oubliées
 
Le Programme de Développement Rural FEADER est accompagné d’une évaluation environnementale stratégique (EES) réalisée par l’autorité environnementale de l’Etat à la préfecture de Région. Or, cette évaluation fait apparaître certaines lacunes concernant l’analyse qui est faite de notre territoire, évoquant « l’absence récurrente de Saint-Martin ». Il est en effet regretté « la prise en compte très discrète de la partie française de Saint-Martin, au profit de l’archipel guadeloupéen », dans la mesure où leurs spécificités respectives auraient méritées « un traitement différencié des territoires ».
L’évaluation insiste ainsi sur le fait que le rapport environnemental « aurait pu dédier une partie de son analyse au territoire spécifique de Saint Martin ». Ce qui aurait permis  de souligner le manque de données et la difficulté dévaluer l’évolution de l’état de l’environnement sur un territoire appartenant à une île partagée en deux parties, mais dont le fonctionnement est étroitement imbriqué.
 

Comment consulter le projet de programme de développement rural / FEADER
Le dossier est consultable jusqu’au 2 janvier 2015 au bureau d’accueil des services de la préfecture de Saint-Barthélemy et de Saint-Martin et sur le site internet de la préfecture : www.saint-barth-saint-martin.pref.gouv.fr
Les observations, propositions et contre-propositions sur le projet de programme pourront être consignées sur le registre d’enquête publique ouvert à cet effet ou adressées par écrit à Victorin Lurel, président du Conseil régional de Guadeloupe – à l’attention de la Direction de l’agriculture de la pêche et du développement rural (DAPDR) – Hôtel du Conseil Régional, Avenue Paul Lacave – Petit Paris – 97109 Basse-Terre cedex. Ou par voie électronique à marie-ange.je [email protected]
 
Commenter avec Facebook

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.