Temps de lecture estimé : 3 minutes
Le 26 novembre dernier, Guillaume Arnell, élu sénateur de Saint-Martin le 28 septembre, intervenait pour la première fois au Sénat, dans le cadre du projet de loi de Finances 2015.

Guillaume Arnell, s’est exprimé pour la première fois dans l’hémicycle du palais du Luxembourg le 26 novembre. A l’occasion de l’examen du projet de Loi de Finances (PLF) pour 2015, le sénateur de Saint-Martin est intervenu sur le budget de l’Outre-mer, au nom du groupe Rassemblement Démocratique et Social Européen (RDSE), dont il est membre. En préambule il a salué le fait que la mission outre-mer « est l’une des rares dans le contexte budgétaire que l’on sait » dont les crédits de paiement augmentent. S’il a confirmé que le groupe RDSE approuve les crédits de la mission Outre-Mer, le sénateur n’a pas manqué d’évoquer des sujets « qui auraient pu trouver leur place au cours de l’examen des crédits », dont ceux concernant Saint-Martin. Profitant de la présence de la Ministre des Outre-mer dans l’hémicycle, Guillaume Arnell est ainsi revenu sur l’impact des derniers événements climatiques à Saint-Martin sur notre économie, estimant à 3 M€ les dommages sur les équipements publics causés par l’ouragan Gonzalo et les pluies diluviennes qui ont suivi.
Le sénateur de Saint-Martin a, par ailleurs, dénoncé l’article 57 du PLF 2015, qui prévoit l’abrogation de l’aide à la rénovation hôtellière, « un dispositif largement consommé par les professionnels de Saint-Martin et une suppression qui pourrait mettre en péril le fragile équilibre de ce secteur, dans un contexte économique difficile enregistrant un taux de chômage record ». Guillaume Arnell n’a pas manqué non plus d’interpeller la ministre Pau-Langevin sur l’exclusion de Saint-Martin du dispositif Crédit d’Impôt Compétitivité Emploi (CICE), qui pénalise fortement les entreprises de notre Collectivité.
Revenant sur la situation financière de la Collectivité, le sénateur a évoqué « l’inquiétude grandissante au niveau local », et les difficultés budgétaires dues à la non compensation des charges par l’état lors du passage en COM en 2007. Le sénateur a, en outre, dénoncé le non reversement à la Collectivité des recettes perçues à tort par l’état, malgré des engagements écrits, ce qui représente un manque à gagner de 10 M€ pour la Collectivité. « Il nous faut dépassionner les discussions, dépasser les clivages et travailler ensemble à l’émergence de solutions pour l’avenir de Saint-Martin », a t-il préconisé.
Guillaume Arnell est également intervenu dans le cadre de la mission « Immigration, Asile, Intégration du PLF 2015 ». Il a présenté le contexte migratoire de notre territoire binational et les enjeux socio-économiques qui en résultent. Le sénateur a, à ce titre, cité trois aspects révélateurs de la situation locale: 8000 habitants sur la partie française en 1984, plus de 36 000 aujourd’hui, une montée en puissance du RSA passé de 300 000 euros en 1998 à 15 millions d’euros annuels en 2013, la Collectivité accusant une dette à la CAF de 30 millions d’euros. Eu égard à ce contexte, Guillaume Arnell a prôné la nécessité d’une véritable politique de coopération transfrontalière en matière d’immigration. En conclusion, le sénateur a précisé que le groupe RDSE approuvait les efforts budgétaires consentis par le gouvernement dans le cadre de cette mission Immigration, Asile, Intégration, en hausse de 43 millions d’euros.
Commenter avec Facebook

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.