Temps de lecture estimé : 2 minutes

Le 28 novembre dernier, l’intersyndicale SNES/SNALC lançait une pétition à destination du rectorat contre le départ des adultes relais du collège Soualiga, qui fait suite à la sortie de l’établissement du réseau d’éducation prioritaire (REP) à la rentrée prochaine.

La sortie du collège Soualiga du REP, qui entraînera également la sortie des établissements du même réseau (Grand-Case et Cul-de-Sac), « va entraîner une perte de moyens : moins d’assistants d’éducation, baisse de l’encadrement des élèves, augmentation des effectifs par classe, etc. », déclarait Laurent Bayly, du Syndicat national des enseignements du second degré (SNES), en fin de semaine dernière. C’est ainsi que la pétition a été lancée par l’intersyndicale. « Au nom des personnels du collège Soualiga, l’intersyndicale (SNES, SNALC) déplore le départ des adultes relais du collège, entraînant une recrudescence de la violence », est-il stipulé sur la pétition. En cause, selon M. Bayly : les salaires des adultes relais. Car la moitié de leur salaire était payée par l’État et l’autre moitié par la COM. Seulement, la part de l’État a diminué, tandis que la COM doit payer plus. Il était donc difficile de les garder tous, ce qui a entraîné une suppression de postes », poursuit le syndicaliste. Et d’ajouter qu’il y a par conséquent de plus en plus de bagarres aux abords de l’établissement, « là où intervenaient auparavant les adultes relais ». Une quarantaine d’enseignants du second degré et une soixante d’enseignants du premier degré ont signé cette pétition, tandis qu’un courrier des parents a été constitué en parallèle.

Une réponse du rectorat ?

La pétition de l’intersyndicale circule depuis le vendredi 28 novembre. Une partie des signatures a déjà été transmise au représentant du recteur à Saint-Martin Jean-Marie Jespere afin qu’il intervienne auprès du rectorat de Guadeloupe. « Nous attendons une réponse du recteur pour voir si nous aurons besoin d’aller plus loin », poursuit Laurent Bayly. Un rendez-vous entre les syndicats et le représentant du recteur est donc prévu pour aujourd’hui vendredi. Pour rappel, M. Bayly estime que les raisons qui ont conduit les autorités à sortir le collège de Soualiga du REP ne sont pas bonnes : « le collège a eu de trop bons taux de réussite donc on le punit en lui enlevant ses moyens ». Et d’expliquer que « les difficultés des élèves de Saint-Martin n’ont pas été prises en compte ». À suivre

Commenter avec Facebook

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.