Temps de lecture estimé : 3 minutes

Afin de garantir une meilleure articulation entre le projet régional de santé porté par l’ARS, et les initiatives locales de santé engagées par la Collectivité, un contrat local de santé était signé vendredi pour trois ans.

C’est une première pour Saint-Martin. Vendredi dernier le directeur général de l’agence régionale de santé (ARS) Patrice Richard et la présidente de la Collectivité Aline Hanson, signaient solennellement le premier contrat local de santé (CLS) pour notre territoire. Cette contractualisation entre la Collectivité et l’ARS constitue une nouvelle étape pour que soient pris en compte les besoins spécifiques de notre territoire. Il vise en effet  à « mettre en place les objectifs de santé publique dans la proximité et réduire les inégalités sociales et territoriales » indiquait vendredi le délégué territorial de l’ARS Pascal Godefroy.
Prévues par la loi Hôpital, patients, santé et territoires du 21 juillet 2009, les agences régionales de santé (ARS) avaient été créées en avril 2010 pour piloter la politique de santé publique dans les régions. La législation avait en outre institué les contrats locaux de santé, qui doivent permettre aux ARS de mettre en œuvre le programme régional de santé sur des territoires prioritaires. Le partenariat scellé vendredi dernier constitue donc « un acte fondateur » selon le directeur général de l’ARS Patrice Richard, persuadé qu’il va permettre de « progresser sur les questions de santé ». Notamment celles qui préoccupent Saint-Martin.

Engagement de la COM

Grâce à ses compétences la Collectivité intervient déjà au quotidien sur différents domaines liés à la santé (logement, aménagement urbain, cohésion sociale, écoles, petite enfance, restauration scolaire…). Avec la signature du contrat local de santé Aline Hanson a donc réaffirmé cet engagement, non sans rappeler que la COM travaille déjà « presque au quotidien avec l’ARS ». Vendredi, la présidente annonçait également « veiller à ce que les actions déclinées dans le CLS soit réalisées » et « s’attacher à ce que les orientations budgétaires présentées par le Pôle Solidarité et Famille soient suivies ». Le tout « en partenariat avec les associations ».

Des priorités retenues

Ce contrat local de santé porte une attention particulière à la santé des jeunes puisqu’à Saint-Martin 42% de la population a moins de 25 ans. « L’ARS et la Collectivité ont défini six axes majeurs, en insistant sur le lien fort entre le CLS et le plan santé jeunes » indiquait Pascal Godefroy. Les six axes sur lesquels l’ARS et la Collectivité vont focaliser leur attention correspondent à la lutte contre le surpoids et l’obésité ; la prévention des maladies humaines liées aux moustiques ; la mise en place d’un conseil local en santé mentale ; les actions de dépistage de troubles du développement chez l’enfant et de troubles du comportement chez la personne âgée ; la création d’infrastructures médico-sociales (restructuration de l’ehpad, création de nouvelles infrastructures en matière de handicap) ; la mise en œuvre des orientations du plan santé jeune ; la création d’un pôle médico-social pour coordonner les infrastructures nécessaires sur le territoire.
Le contrat local de santé a été signé pour la période 2014 – 2017. Un comité de pilotage et un comité technique seront chargés de suivre sa mise en œuvre. Il se matérialisera dès 2015 notamment grâce à un apport de financement de l’ARS au CSAPA pour la mise en place d’un espace santé jeunes. Du côté de la Collectivité, les parcours de santé pour lutter contre la sédentarité, en projet depuis plus d’un an, devraient également voir le jour.

Commenter avec Facebook

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.