Temps de lecture estimé : 2 minutes

Il y a un an les parents de Manoel Maragnes signalaient la disparition du jeune homme, arrivé à Saint-Martin le 10 décembre 2013. Depuis, ils n’ont toujours pas de nouvelles de leur fils et se sont constitués partie civile.

Depuis 1 an la disparition de Manoel Maragnes reste toujours un mystère. Le jeune homme était arrivé à Saint-Martin le 10 décembre 2013 pour un court séjour, dans le cadre d’un projet professionnel. Il devait rejoindre ses parents quelques jours plus tard en Guadeloupe, pour passer les fêtes en famille. Mais il n’est jamais arrivé à l’aéroport et n’a pas appelé ses parents pour les prévenir. Inquiets de ce silence inhabituel, ses parents s’étaient rendus à Saint-Martin dès le lendemain. Le 14 décembre, le véhicule de location du jeune homme avait été retrouvé accidenté aux Terres-Basses, avec ses effets personnels. Depuis, plus aucune nouvelle, malgré des avis de recherche diffusés par sa famille et une enquête ouverte par la gendarmerie.
La famille de Manoël tente toujours de mobiliser tous les moyens qu’elle a à sa disposition pour obtenir des informations sur cette disparition. « Nous sommes toujours sous le choc. Son passage à Saint-Martin s’inscrivait dans un projet universitaire. Et puis, cela peut paraître conventionnel mais c’est la vérité, il entretenait les meilleurs rapports avec nous et avec sa soeur. Il venait nous rejoindre à sa demande pour les fêtes de fin d’année. Il était libre à Paris. Pourquoi venir fuguer à Saint-Martin? Cela n’a, selon nous, aucun sens ».
À la demande des parents, la gendarmerie de Saint-Martin avait ouvert une enquête en décembre 2013, pour disparition inquiétante. Depuis janvier 2014, c’est un juge d’instruction à Basse-Terre qui suit le dossier et les parents de Manoel se sont constitués partie civile : « nous comptons sur le travail des enquêteurs. Mais aussi beaucoup sur l’attention de la population ». Ils invitent toute personne susceptible de fournir une information à se mobiliser : « que ceux qui pensent le reconnaître, même si son aspect physique a un peu changé (chevelure, barbe…), n’hésitent pas à le signaler à la gendarmerie (le 17, qui protégera leur anonymat) ou à nous-mêmes, ses parents, au numéro suivant: 0690 84 25 45 ou le 0690 28 33 88

Commenter avec Facebook

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.