Temps de lecture estimé : 3 minutes

En raison d’une grève, l’agence de Saint-Martin était fermée hier mardi. Elle devrait rouvrir ses portes aujourd’hui. Le point sur les raisons de la colère.

Générale des eaux Guadeloupe et Saint-Martin informent leurs clients de la Collectivité de Saint-Martin qu’en raison d’une grève qui oppose la Générale des eaux à ses employés, l’agence de Saint-Martin sera exceptionnellement fermée », indiquait le communiqué transmis à la presse ce lundi. Ce mouvement social ne s’est pas déclenché à la dernière minute et couvait depuis un moment déjà. Les employés de la Générale des eaux Guadeloupe menaçaient de faire grève depuis un moment et ont fini par mettre leur menace à exécution avant-hier. En cause : 143 employés de la compagnie qui doivent quitter l’entreprise pour rejoindre le Syndicat Intercommunal d’Alimentation en Eau et d’Assainissement de la Guadeloupe (SIAEAG). Le problème, c’est que l’incertitude règne en Guadeloupe sur le devenir de ces agents qui doivent être transférés d’ici la fin de l’année. En effet, l’accord qui avait été signé le 30 décembre 2013 entre la Générale des eaux de Guadeloupe et le SIAEAG et qui prolongeait leur collaboration d’un an arrive à échéance au 31 décembre 2014. Cet accord prévoyait, entre autres, la continuité du service public en 2014 et la préservation des emplois de la Générale des eaux.
Des points qui restent incertains et qui ont poussé les employés affiliés à l’UGTG et les cadres au syndicat CFE-CGT à se mettre en grève depuis lundi. « Ces 143 personnes vont se retrouver sans employeur dès le 1er janvier », indique Harry Placide, directeur de l’agence de la Générale des eaux à Saint-Martin. De plus, selon lui, le SIAEAG n’a pas payé la Générale des eaux depuis un an et a une dette de plusieurs millions d’euros, qu’il « n’a pas les moyens de payer », sur des « accords antérieurs ». Voilà qui devrait rendre d’autant plus difficile l’embauche des 143 agents.

Les agents de Saint-Martin solidaires

« Il y a déjà eu des réunions qui n’ont rien donné en Guadeloupe », explique Harry Placide. Mais le mouvement se poursuit. « En fermant l’agence de Saint-Martin, nous avons voulu marquer le coup et nous montrer solidaires envers nos collègues de Guadeloupe », poursuit-il. L’agence n’aura toutefois fermé qu’une journée puisqu’elle devait rouvrir ses portes aujourd’hui. Ce mouvement social ne devrait avoir que peu d’impact sur les usagers saint-martinois. En revanche, le mouvement est lancé en Guadeloupe et les répercussions sur la distribution d’eau sont déjà tangibles avec des perturbations sur le réseau. Plusieurs établissements scolaires ont dû fermer, notamment pour des raisons d’hygiène et de sécurité. Les employés ont toutefois mis en place un service minimum en plus des astreintes.

Commenter avec Facebook

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.