Temps de lecture estimé : 4 minutes

Jeudi dernier élus ont adopté le budget primitif 2015 de l’Office de tourisme qui s’élève à 3, 24 M€ et fait la part belle à la relance de la communication. Mais l’excédent de 600 000 euros réalisé en 2014 et reporté en 2015 pour satisfaire cette politique d’image, a suscité de longs débats.

 

 

Redéfinir la zone de chalandise, l’image de la destination et relancer une campagne de communication sur ces marchés » sont les principaux objectifs de l’Office de tourisme qui présentait jeudi dernier son budget primitif 2015. D’un montant de 3,24 millions d’euros, ce budget financé à 99% par la Collectivité est en hausse de 2,55% par rapport à 2014. Près de 50 % est alloué à la promotion de la destination, 33% aux charges de personnel. Seule la majorité a voté en faveur de ce budget, l’opposition s’étant abstenue. 
En outre, la présidente de l’Office de tourisme Jeanne Vanterpool a souhaité couper court à la polémique lancée par le conseiller territorial indépendant Jules Charville au début du conseil territorial et qui déplorait « une dilapidation de l’argent public avec la multiplication des cérémonies couteuses et des voyages incessants ». « Nous sommes présents sur le marché et cela ne peut se faire en restant à Saint-Martin » s’est défendue Jeanne Vanterpool. « Soyez rassurés, l’office de tourisme est bien géré ! »

Contrer le  déficit d’image

Jeanne Vanterpool affirme d’ores et déjà que la saison 2014/2015 se présente comme un bon cru malgré le cyclone : « Saint-Martin est une destination qui plaît ». Après une année 2013 « transitoire » révélant un changement dans le profil de la clientèle, dont une hausse de la fréquentation des canadiens, des sud-américains et des scandinaves, l’office de tourisme a dû « s’adapter » selon la directrice par intérim Kate Richardson, rappelant que des efforts ont été faits « pour ne pas rester isolés » (adhésion à la Florida Caribbean Cruise association – FCCA – et au World tourism cities federation -WTCF). Mais en matière de communication, Saint-Martin souffre toujours d’un « déficit d’image ».
En conséquence le budget 2015 fait apparaître les cibles privilégiées: 20% du marketing et de la communication sont notamment alloués aux Canadiens, 20 % au marché américain, 13 % au marché européen, 17% au marché sud-américain et 20 % à la publicité dont la moitié à la croisière (canadiens).
Mais en 10 ans, l’Office de tourisme n’a mené que deux campagnes de communication, ciblées sur la France et l’Italie (2005 et 2009). En 2015, l’équipe de l’OT entend donc « repenser cette communication » en lançant une campagne beaucoup plus haut de gamme sous le slogan « Smile at life ». Un appel d’offres va d’ailleurs être lancé dans ce sens.
Pour redynamiser l’image de la destination, 600 000 euros ont donc été provisionnés sur le budget 2014 (soit 17%) et reportés sur l’exercice de 2015. Des « réserves » ainsi réalisées pour financer le marketing, Jeanne Vanterpool indiquant que ce poste nécessitant au moins 1,6 M€ de budget « pour être à l’aise et faire ce que nous devons faire ». Mais cette stratégie n’a pas plu au groupe de l’opposition.

Budget non sincère ?

Pour le leader du groupe de l’opposition Daniel Gibbs, « si on a une économie de 600000 euros c’est que certaines choses ont été surestimées l’année dernière ». Il considère que 17% du budget « c’est énorme » et que la réalité des choses, c’est un budget à 2,4 M€. « Ces 600 000 € devraient être en caisse, on ne provisionne pas pour l’année suivante ». Daniel Gibbs estime que l’Office de tourisme devrait donc justifier de dépenser plus de 2,4 M€ pour motiver sa demande sur 2015. Une polémique conclue par le directeur général des services Pascal Averne, affirmant que le comptable public n’avait pas encore rendu ses comptes.

Nous reviendrons dans une prochaine édition sur le bilan 2014 de l’Office de tourisme.

Saint-Martin a encore des efforts à faire

Relancer la communication est une chose. Mais encore faut-il que le produit vendu reste attractif et corresponde à l’image que s’en fait le visiteur potentiel. Sur ce point, un certain consensus régnait dans les débats jeudi dernier, même si la façon de l’exprimer était plus ou moins virulente… Pour la présidente de l’Office de tourisme il existe ce qu’elle nomme « des points de vigilance » : la sécurité, la propreté, ou encore la signalétique sur laquelle « nous faisons défaut ». Du côté de l’opposition, les jugements étaient carrément sévères : carcasses de voitures, logements mal entretenus, sargasses qui envahissent les plages… Une image qui par endroits tient même lieu de « tiers monde » pour le conseiller Dominique Riboud qui n’a pas mâché ses mots. Redorer l’image de Saint-Martin ne peut en tous les cas se faire uniquement sur papier glacé. Surtout lorsque l’on connaît aujourd’hui la force de frappe des réseaux sociaux et des forums en tous genre, qui ne pardonnent pas de tels écueils sur une destination touristique.

Commenter avec Facebook

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.