Temps de lecture estimé : 4 minutes

Comme chaque année, la Collectivité de Saint-Martin réalise le recensement de la population en partenariat avec l’INSEE. Entre ce jeudi 15 janvier et le 21 février, 1 727 logements saint-martinois sont à recenser.

Le service recensement de la Collectivité a formé des agents recenseurs au mois de décembre qui se présenteront dans les foyers sélectionnés. Beaucoup de questions subsistent sur le recensement : à quoi il sert, pourquoi certains foyers sont recensés et pas d’autres, etc. Il faut savoir que depuis 2004, le recensement est devenu annuel pour les communes et collectivités de plus de 10 000 habitants et fonctionne grâce à un système de rotation des « îlots ». Chaque îlot compte un ensemble d’environ 200 logements à Saint-Martin. Chaque quartier du territoire comprend un ou plusieurs îlots. Il y en a un aux Terres-Basses, de quatre à cinq dans la zone Marigot-Saint-James, sept à Concordia, six à sept à la Baie Orientale, un à Colombier, un à Oyster Pond, etc., pour un total de 37 îlots sur l’ensemble de Saint-Martin. A noter que seuls 8 % des logements et environ 40 % des habitants seront recensés sur l’ensemble des îlots. Les 60 % restant feront l’objet d’un calcul statistique pour obtenir 100 %. Ainsi, 1 727 logements au total seront recensés à Saint-Martin. « En 2004, il y avait beaucoup moins de logements. Puis avec l’arrivée des habitations de la Semsamar, les chiffres ont explosé », indique Rosette Parotte, chef du service recensement et adressage de la COM. C’est par tirage au sort que ces logements ont été choisis pour le recensement de la population.

Comment ça fonctionne ?

Avant la collecte, la COM a recruté dix agents recenseurs qui seront répartis sur les différents îlots. L’Insee Guadeloupe a participé à la formation et constitué le répertoire d’adresses à recenser. Les agents ont effectué une tournée de reconnaissance pour repérer les logements et avertir de leur passage. Pendant la collecte, ils se présenteront chez les personnes à recenser pour leur remettre la notice sur laquelle se trouvent leurs identifiants de connexions au site « Le-recensement-et-moi.fr ». Si elles préfèrent remplir les questionnaires papier, les agents leur distribueront une feuille de logement et autant de bulletins individuels que compte le logement, puis conviendront d’un rendez-vous pour venir les récupérer. Après la collecte, la COM enverra les questionnaires à la direction régionale de l’Insee qui procédera à la saisie et au traitement des données, vérifiera et validera les résultats, puis communiquera les chiffres de population aux élus et au grand public. Mais il faut noter qu’à Saint-Martin comme ailleurs, il n’est pas toujours évident de motiver les personnes à recenser. « Chaque territoire a ses spécificités », ajoute Mme Parotte. « A Saint-Martin, c’est surtout aux Terres-Basses que nous rencontrons fréquemment des problèmes car les clôtures sont hautes et il n’y a pas toujours de sonnerie ». Les agents recenseurs essuient aussi parfois quelques refus, ce qui est interdit, et il y a des personnes réticentes. Pourtant, le recensement est confidentiel et garantit une protection des informations personnelles. De plus, les agents sont tenus au secret professionnel. « Si les noms et dates de naissance sont demandés aux personnes recensées, c’est uniquement pour éviter de compter deux fois la même personne », précise Rosette Parotte.

« Double intérêt pour Saint-Martin »

Les réticences et refus peuvent porter préjudice au territoire. Car les personnes qui refusent d’être recensées sont comptées comme « fictives » et comme l’indique Mme Parotte, « Saint-Martin ne bénéficie que du recensement de la population pour ses statistiques ». Selon elle, l’intérêt est donc « double pour Saint-Martin ». Et d’autant plus qu’il permet d’une part de connaître avec précision le nombre d’habitants et leurs caractéristiques, et d’autre part de définir la participation de l’Etat dans le financement des politiques publiques de la Collectivité. « Il est donc primordial de connaître le nombre exact d’habitants, car plus le territoire est peuplé, plus il est doté de moyens humains et matériels. Le recensement est donc un outil indispensable lorsqu’il s’agit de mieux connaître sa population pour mieux la servir », explique en outre un communiqué de la Collectivité. Par ailleurs, le recensement sert à établir la contribution de l’Etat au budget de la COM, à décider des équipements collectifs et des programmes de rénovation et, aux entrepreneurs, à ouvrir de nouveaux commerces et à construire de nouveaux logements. « Le recensement est capital », conclut Rosette Parotte.

Au 1er janvier 2015, suite à l’enquête INSEE de 2012, le nombre d’habitants à Saint-Martin était estimé à 36 522. Des chiffres importants à collecter car ils permettent, selon l’INSEE, de « penser et réaliser les petits et les grands projets » qui concernent la population dans son ensemble.

Commenter avec Facebook

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.