Saint-Martin mène sa propre guerre…

Saint-Martin mène sa propre guerre… Depuis la toute fin 2014 et en ce début 2015, le territoire connaît une nouvelle recrudescence de vols à main armée, la récente série de faits portant à 11 le nombre de VAMA ou de tentatives commis depuis le 1er janvier 2015 sur la partie française. Un « pic », valant presque un VAMA par jour, dans un contexte déjà clairement alarmant puisque le mois de novembre 2014 avait aussi été particulièrement agité. Pour mémoire, sur la seule année 2014, 136 braquages ou tentatives ont été dénombrés, soit une augmentation de plus de 30% par rapport à 2013. Si ce type de faits reste le plus souvent caractérisé par des phénomènes sériels, soit un même groupuscule enchaînant les vols avant d’être stoppé, les chiffres démontrent manifestement l’impasse dans laquelle se trouve notre territoire. Fin décembre le préfet Philippe Chopin tenait d’ailleurs une conférence de presse en présence du commandant de gendarmerie et du vice-procureur. Au-delà du constat alarmant qui installe Saint-Martin dans une spirale infernale, les autorités annonçaient alors que certains dispositifs de lutte contre les VAMA s’amélioraient : déport des images de vidéosurveillance à la caserne de la Savane, développement des techniques de géolocalisation et création, au sein de la Brigade de recherche, d’un laboratoire de police technique et scientifique qui offrira plus d’autonomie aux équipes locales. Des outils permettant d’accélérer le processus des enquêtes et d’améliorer le taux d’élucidation des affaires. Chose rare, car un braquage se déroule généralement très vite, fin décembre et la semaine dernière, deux interpellations en flagrance suite à des braquages ont d’ailleurs pu être effectuées.
Mais cela suffit-il à lutter contre le sentiment d’impunité des délinquants qui développent une véritable culture du braquage et s’enlisent de plus en plus jeunes dans la délinquance (35% des mis en cause ont moins de 18 ans) ? Quant à la lutte contre la circulation des armes à feu, aucune réponse efficace n’a encore été trouvée, malgré les contrôles à répétition et la fermeté de la réponse judiciaire.

Commenter avec Facebook

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.