Temps de lecture estimé : 4 minutes

Ce mardi matin, l’hôpital de Saint-Martin recevait une délégation de St. Eustache comprenant notamment le directeur de l’hôpital de cette île voisine et des membres de la commission médicale d’établissement. Objectif : permettre à St. Eustache et aux îles avoisinantes (Bonaire, Saba) de profiter de l’offre de soins disponible à Saint-Martin.

La réunion de ce mardi matin, qui était présidée par Christophe Blanchard, directeur adjoint de l’hôpital Louis Constant Fleming, et le docteur Louis Jeffry, fait suite à une réunion organisée en novembre 2013. A la demande de l’ARS et de la Panamerican Health Organization (PAHO), ce meeting avait pour but de chercher à améliorer la qualité de la prise en charge du patient caribéen qui vient se faire soigner sur les territoires français (CHU de Pointe-à-Pitre et CH de Saint-Martin). « A cette occasion, nous avions rencontré les assurances néerlandaises de Saba et de St. Eustache et certains praticiens, dont le docteur Gérard Berkel, directeur de l’hôpital de St. Eustache. Suite à cela, les choses ont mûri et un accord a été signé avec ces deux îles l’année dernière », a expliqué le docteur Jeffry. Car il faut savoir qu’outre les relations historiques qu’entretient St. Eustache avec Sint Maarten, l’île voisine a souhaité coopérer avec Saint-Martin. En effet, aujourd’hui, lorsqu’un patient ne peut pas être pris en charge sur place, l’hôpital de St. Eustache l’évacue sur la Colombie. « Ce sont justement ces patients que nous aimerions envoyer à l’hôpital de Saint-Martin, et non plus en Colombie, pour les garder le plus près possible de chez eux, tout en leur assurant les mêmes soins de qualité », a poursuivi le docteur Berkel. En outre, l’hôpital de Saint-Martin devrait pouvoir leur assurer des transferts sur la Guadeloupe si nécessaire. C’est dans ce cadre que la délégation de St. Eustache s’est rendue à l’hôpital de Saint-Martin pour rencontrer ses responsables. Louis Jeffry a par ailleurs déclaré qu’il s’agissait désormais de coopération médicale qui allait au-delà des accords politiques et administratifs. Les accords entre Saint-Martin et St. Eustache sont déjà signés et les deux parties doivent maintenant déterminer les services médicaux à offrir. « Un gros travail qui a été fait », a-t-il conclu sur le sujet.

Quid de la coopération ?

« Aujourd’hui, des accords avec la partie hollandaise existent et une lettre d’intention a été signée entre Saint-Martin et Sint Maarten en 2014 pour une collaboration effective, un échange de moyens et de professionnels et, évidemment, pour que les gens assurés d’un côté de l’île soient pris en charge de l’autre côté de l’île », a indiqué Louis Jeffry. Cependant, les choses ne sont pas toujours simples et il y a eu « des hauts et des bas » même si des procédures ont été mises en place et que les choses « fonctionnent tant bien que mal» car des dossiers sont toujours en litige, a-t-il précisé. « Mais globalement, cela fonctionne. Les cas sont rares, mais s’il y a un patient français qui est du côté hollandais et qui doit être soigné en urgence sur place, c’est fait. La Sécurité sociale travaille sur un protocole d’accord avec l’ARS pour que la prise en charge soit forfaitisé et que le patient soit transféré dès que possible sur la partie française », a-t-il souligné. En fait, pour l’instant, on demande au patient de payer directement avant qu’il soit remboursé. Mais l’hôpital de Saint-Martin souhaite se porter garant pour que le patient soit transféré le plus vite possible. « C’est ce qu’il y a de plus simple. Mais nous n’avons que peu de cas. Une dizaine par an environ », a conclu le docteur Lazare Noubou.

Après le projet de télémédecine qui a permis en novembre dernier de présenter un dispositif de téléradiologie à certaines îles des Antilles non francophones pour traiter les AVC, la coopération régionale dans le domaine médical continue de se développer à Saint-Martin.

Commenter avec Facebook

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.