Temps de lecture estimé : 5 minutes

Mercredi dernier le préfet Philippe Chopin présentait ses vœux devant un parterre foisonnant d’invités, représentant le monde politique, socio-professionnel et associatif de Saint-Martin, ainsi que les autorités de Sint Maarten.

La mutation de Philippe Chopin serait-elle effective en 2015 ? « Peut-être est-ce la dernière opportunité qui m’est offerte de vous présenter mes vœux et de vous saluer toutes et tous » affirmait ainsi mercredi le préfet au terme de son discours. Pour Philippe Chopin, c’était néanmoins le moment de présenter son bilan et d’ouvrir les perspectives de l’engagement de l’Etat à Saint-Martin pour l’année à venir. En préambule M. Chopin a tenu à revenir sur la période trouble dans laquelle se trouve plongée la France suite aux attentats terroristes perpétrés à Paris. Rendant hommage aux 17 victimes décédées, il a repris les mots de Manuel Valls : « c’est la France qu’on a touché au cœur ». Le préfet a en outre assuré que localement des mesures ont été prises « afin d’être en adéquation avec les instructions gouvernementales et l’état de la menace sur le territoire ».

Politique de la ville : plus de moyens

« J’ai exprimé la volonté de recruter un délégué du préfet en 2015 » annonçait Philippe Chopin, voulant s’appuyer sur cette nouvelle fonction créée en 2009 pour réaffirmer l’action de l’Etat dans les quartiers prioritaires de la politique de la ville. La mission d’un préfet délégué consiste en effet à établir un lien direct entre l’Etat et les acteurs de terrain, à coordonner l’action des services, et à rendre la politique de la ville plus efficace et plus lisible. S’appuyant sur le décret du 30 décembre 2014, M. Chopin annonçait également qu’en matière de politique de la ville, Sandy Ground et Quartier d’Orléans restaient prioritaires. Quant à la mission d’évaluation des dispositifs de prévention de la délinquance qui a formulé des préconisations : «nous veillerons à les mettre en œuvre» indiquait le préfet.
Concernant la délinquance en général, le bilan sera dressé ultérieurement mais Philippe Chopin voulait réaffirmer qu’elle « en très nette baisse », tous faits confondus. Il reste néanmoins conscient de « l’augmentation des violences physiques crapuleuses » et d’un nombre d’homicides et de tentatives d’homicide « toujours élevé ». Pour y répondre : le plan territorial de lutte contre les vols à main armée, une occupation «encore plus déterminée » du terrain et la deuxième campagne de lutte contre la détention des armes. Sur le plan judiciaire, il se satisfait que la réponse pénale soit « à la hauteur des faits». Pour autant les 137 braquages dénombrés l’année dernière exigent « une réponse forte de la part des services de l’Etat ». Il annonce donc que « 2015 devra marquer un tournant dans l’action contre ces faits».

Catnat : dossiers toujours en cours

Suite au cyclone Gonzalo et aux inondations, deux dossiers de demande de reconnaissance de l’état de catastrophe naturelle ont été transmis au gouvernement. « Une décision devrait être prise en février » annonçait mercredi le préfet, qui n’était pas non plus catégorique sur l’obtention de cette reconnaissance : « si cette commission ne conclut pas à la reconnaissance de catnat, le ministère de l’Outre-mer a accepté le principe d’une mobilisation du fonds de secours ». En matière de plan ORSEC, le préfet reconnaît aussi qu’il existe « des marges de progression» pour que Saint-Martin dispose des mêmes moyens que d’autres territoires de France.

4343 chômeurs

Avec 4343 demandeurs d’emplois comptabilisés en novembre 2014, le représentant de l’Etat reconnaît que malgré la baisse des chiffres par rapport à 2013 « cela appelle à une poursuite des efforts engagés dans la lutte contre le chômage ». Le programme des emplois d’avenir va d’ailleurs se poursuivre en 2015. Par ailleurs le préfet défend les solutions qui seraient trouvées afin que les entreprises locales, privées de l’application du CICE, bénéficient d’un dispositif compensatoire. Signature de la convention export en décembre, réunion sur le financement des entreprises à la CCISM la semaine prochaine, blocage des prix pour favoriser le pouvoir d’achat, création d’un observatoire des prix, des marges et des revenus en 2015 : le préfet a fermement rappelé le rôle de l’Etat dans la vie économique du territoire.

Jeunesse : le sujet brûlant

« La jeunesse a besoin de notre appui » scandait le préfet. Ainsi, il entendait rappeler que l’année dernière 175 000 € ont financé des projets, non sans reconnaître que la situation locale justifierait « un effort important ». Outre les 100 places réservées chaque année aux Saint-Martinois dans le RSMA, Philippe Chopin s’est aussi réjoui du rôle des associations et des réussites des jeunes sportifs saint-martinois.

Des dettes à régler à la COM

« L’Etat est conscient qu’il reste des ‘dettes’ à régler ». Malgré l’accompagnement financier de la Collectivité matérialisé par les 39 millions d’euros du Contrat de développement signé en juillet 2014, et le Fonds exceptionnel d’investissement (FEI), l’Etat doit en effet encore régler à la COM le produit des jeux pour les années 2008 à 2012 ainsi que le produit lié à la compensation des règles particulières de domiciliation fiscale. Dettes qui « continuent de peser sur les relations entre le représentant de l’Etat et la Collectivité » affirmait non sans humour Philippe Chopin. A noter que l’année 2015 marquera un tournant dans la gestion des fonds européens puisque Saint-Martin bénéficie désormais de dotations qui lui sont propres : « attention, ces crédits ne laissent pas place à l’approximation » voulait-il rappeler. Saint-Martin devra donc travailler la précision de ses dossiers.

Sur le sujet sensible de la coopération avec Sint Maarten, le préfet a enfin voulu démontrer, en listant les actions conjointes engagées en 2014, que ce sujet restait au cœur de ses préoccupations et qu’au niveau institutionnel « il n’avait jamais été aussi intense ».

Commenter avec Facebook

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.