Temps de lecture estimé : 3 minutes

Les moins de 25 ans qui sont tombés dans une addiction bénéficient au CSAPA d’un dispositif d’aide et d’écoute gratuit. Zoom sur les consultations jeunes consommateurs.

Tabac, cannabis, alcool, drogues dures, mais aussi jeux vidéo, jeux d’argent, pornographie… Il n’y a pas d’âge pour tomber dans le piège des addictions. Si les consultations jeunes consommateurs (CJC) destinées aux moins de 25 ans existent en France depuis une dizaine d’années, le plan gouvernemental de lutte contre les drogues et les conduites addictives adopté en 2013 a remis en lumière ce dispositif avec une campagne nationale d’information qui se déroule depuis le 12 janvier et jusqu’au 8 février. Cette campagne doit permettre de favoriser le recours direct au dispositif CJC par les jeunes concernés et leurs parents. A Saint-Martin, c’est le CSAPA (centre de soins d’accompagnement et de prévention en addictologie) des îles du Nord, géré par l’Association SIDA/Les Liaisons Dangereuses, qui est habilité à délivrer ce type de consultations grâce à ses quatre médecins référents.

30 dossiers en 2014

L’année dernière, le dispositif CJC a permis au CSAPA de Saint-Martin l’ouverture de trente dossiers relatifs à des comportements addictifs identifiés chez des adolescents ou jeunes adultes. Au total, le CSAPA ouvre en moyenne 150 dossiers par an, adultes compris. Dans la catégorie des moins de 25 ans « les addictions sont plus prononcées chez les garçons que les filles, soit 65 contre 45 % environ » estime le Docteur Olivo, médecin référent au CSAPA, ajoutant que les garçons tombent dans l’addiction plus précocement que les filles. La consommation de cannabis reste la première substance addictive chez les jeunes, suivie de près par l’alcool, puis les jeux internet. « Chez les jeunes la consommation débute en moyenne vers 16 ans en France mais à Saint-Martin c’est plus précoce, 14 ans en moyenne » précise le docteur Olivo. Il confirme cependant que le taux d’addiction chez les jeunes n’est pas plus important ici qu’ailleurs. « Mais la spécificité de Saint-Martin c’est la banalisation de la consommation » fait remarquer le médecin.

Un réseau pour les moins de 25 ans

Les CJC accueillent les jeunes mais aussi leurs parents. Souvent, la consultation est provoquée par une injonction de l’établissement scolaire. Parfois, ce sont les parents qui viennent trouver le CSAPA et plus rarement, le jeune est envoyé par le délégué du procureur qui a signifié un rappel à la loi. Au-delà de la première consultation au CSAPA, qui va permettre d’évaluer la consommation de l’adolescent pour mieux y répondre, la prise en charge peut se poursuivre grâce à l’ensemble du dispositif qui gravite autour du médecin et qui est relayé par la Maison des Ados à Concordia : services sociaux, suivi psychologique, éducateurs spécialisés. « Une addiction cache souvent d’autres problématiques intra familiales » juge le docteur Ouali. Pour les médecins, il faut donc rapidement pouvoir identifier le terreau défavorable qui aura entraîné l’installation d’un comportement addictif. 

Les consultations jeunes consommateurs sont gratuites, anonymes, ouvertes aux jeunes de moins de 25 ans assurés sociaux et leurs familles. Rendez-vous peut être pris auprès du secrétariat du CSAPA au 0590 87 01 17

En France, la consommation d’alcool, de tabac et de cannabis reste élevée chez les adolescents. Selon une enquête OFDT/Escapad, les ados de 17 ans sont 42% à avoir expérimenté le cannabis, 42% à avoir consommé du tabac au cours du mois passé, 53% à avoir bu au moins 5 verres en une occasion au cours du mois passé.

Commenter avec Facebook

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.