Temps de lecture estimé : 3 minutes

Afin de mieux faire découvrir les mammifères marins qui vivent tout près de nous, la population est invitée à une conférence-débat et à la projection d’un film ce mercredi à la MJC de Sandy Ground.

Ouvrez l’œil ! Les premières baleines à bosse devraient bientôt être aperçues ou entendues dans les eaux de notre île. Elles arrivent des eaux froides de l’Atlantique Nord pour se reproduire ou accoucher d’un baleineau, après une gestation de 11 à 12 mois. Pour faire découvrir les mammifères marins qui vivent tout près de nous, la Réserve naturelle de Saint-Martin et le sanctuaire Agoa vous invitent à une conférence-débat et à la projection d’un film, ouverts à tous, ce mercredi 28 janvier de 17 heures à 19 heures, au Centre culturel de Sandy Ground (plus d’informations au 05 90 29 09 72).
Plus d’une vingtaine d’espèces de mammifères marins fréquente en effet les eaux des Antilles françaises : des cétacés à dents comme les grands cachalots et les dauphins tachetés tropicaux, et des cétacés à fanons comme les baleines à bosse, qui viennent se reproduire et mettre bas dans les eaux chaudes de la Caraïbe. Dans le but de préserver ces mammifères marins et leurs habitats, le sanctuaire Agoa a été créé en 2010 par la France dans les eaux de Martinique, Guadeloupe, Saint-Martin et Saint-Barthélemy, soit 143 000 km2. Une convention signée entre l’Agence des aires marines protégées, gestionnaire du sanctuaire, et la Réserve naturelle de Saint-Martin, confie à cette dernière la représentation du sanctuaire AGOA dans nos eaux.

Mieux connaÎtre pour mieux protÉger

Afin de préserver ces géants des mers, il est indispensable de connaître leurs habitudes, leurs trajets et leurs parcours de migration. Ces informations sont particulièrement importantes pour les espèces menacées ou en voie de disparition, pour lesquelles les connaissances sont encore limitées. Afin d’enrichir ces connaissances et participer vous aussi à la préservation des baleines par leur photo-identification, la Réserve naturelle sera heureuse de recevoir sur baleine@rnsm.org les photos de nageoires caudales de baleines et de nageoires dorsales de dauphins que vous aurez pu prendre en mer. Les caractéristiques de ces nageoires – formes, couleurs, cicatrices…- sont en général permanentes et diffèrent selon les individus, ce qui permet de les reconnaître d’une année sur l’autre ou d’une île à l’autre.


Observer sans harceler

La vie des mammifères marins est ponctuée de phases d’activités tout au long de la journée : sommeil, chasse, reproduction, socialisation, déplacements. Les plaisanciers ou opérateurs commerciaux qui cherchent à observer les animaux risquent, en s’approchant de façon inadaptée, de les perturber dans leur activité, induisant des effets nocifs à long terme : désocialisation, chasse moins efficace, sommeil perturbé… Il faut impérativement respecter les recommandations d’approche suivantes :
• respecter une zone d’observation supérieure à 100 mètres
• si l’animal est en mouvement, ne lui coupez la route
• si l’animal est accompagné d’un jeune, ne les séparez pas
• évitez tout changement soudain de vitesse ou de direction
• les approches doivent se faire par le côté des animaux, de l’arrière vers l’avant
• ne pas se baigner à proximité, ne pas toucher ou nourrir les cétacés
• l’observation doit être interrompue en cas de signes de dérangement de la part des animaux
La perturbation intentionnelle incluant la poursuite ou le harcèlement des animaux est strictement interdite dans le milieu naturel, c’est une infraction au code de l’environnement, passible d’une contravention (arrêté ministériel du 1er juillet 2011).
Pour en savoir plus, visitez sanctuaire-agoa.fr et reservenaturelle-saint-martin.com

Commenter avec Facebook

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.