Temps de lecture estimé : 3 minutes

A seize ans, la joueuse américaine s’est imposée face à l’argentine Victoria Bosio en finale des sixièmes Internationaux de l’île de Saint-Martin. Une victoire en trois sets, 7-5, 2-6, 6-3.

Dimanche après-midi, le court numéro 3 du Tennis Club de l’île de Saint-Martin s’est mué en théâtre d’une ultime rencontre à la mécanique dramatique huilée à la perfection. Entre Victoria Bosio, tête de série numéro 1, et Usue Maitane Arconada que quatre années et plus de six cent cinquante places au classement WTA séparent, l’échange a été intense et les rebondissements fréquents. Et bien que ce spectacle fût entièrement gratuit, on peut s’aventurer à dire que le public, nombreux, en a eu pour son argent.

Premier acte. Les deux protagonistes rivalisent d’efficacité et si l’une chipe le service de l’autre, l’autre lui reprend aussitôt à la scène suivante. Puis vient le moment où, à six jeux à cinq, alors qu’Arconada a fait le break, Bosio appelle le soigneur. La joueuse souffre de contractures aux mollets. Le match est arrêté pendant cinq minutes. L’Argentine se fait masser. L’Américaine attend patiemment avant de remporter le premier set sur le score de sept jeux à cinq et de maintenir la cadence au début du second.

Les jambes affaiblies et menée deux jeux à zéro, Victoria Bosio trouve néanmoins les ressources pour effectuer un come-back fulgurant dans le deuxième acte. Regonflée à bloc, la tête de série numéro 1 ne laisse alors plus que des miettes de points à son adversaire et s’adjuge la manche six jeux à trois. Après une telle remontée, il ne faisait aucun doute que Bosio allait faire parler son expérience dans le dernier acte. Au lieu de cela, la joueuse argentine a encore eu recours au soigneur et ce par deux fois. Et par deux fois encore, la jeune joueuse américaine a patienté sans jamais perdre de sa concentration.

La cheville tordue, la valeureuse Bosio retourne au charbon, pour l’honneur. Au courage, elle s’accroche à sa raquette mais ne peut que laisser filer Usue Maitane Arconada vers son premier succès sur le circuit professionnel. A seize ans seulement et au terme d’un tournoi où elle aura associé le talent à la régularité, la petite américaine remporte donc la sixième édition de nos Internationaux de tennis. « Ce match a été l’un des plus difficiles de toute la semaine. Nous nous sommes battues pendant toute la rencontre et cela m’a demandé beaucoup d’efforts. »


 

Un tournoi plus relevé

La huitaine de l’île de Saint-Martin est l’occasion pour le public de venir regarder des matches avec de l’engagement et du niveau technique de chaque côté du filet. Et cette année encore plus que les autres, comme l’explique Osé Saint-Louis Gabriel, président du TCISM. « Le tournoi a évolué cette année. Nous avons beaucoup plus de joueuses classées au niveau mondial. Certaines même ont été obligées de passer par les qualifications. » Quand on sait que la championne remporte un « petit » chèque de 900 dollars, on comprend que la motivation des joueuses pour venir à Sandy Ground est ailleurs. « Certaines viennent d’Australie ou du Japon. Les joueuses viennent surtout pour les points au classement WTA, pas pour l’argent. Toutefois monsieur le président ne serait pas contre une petite rallonge. « Nous remercions tous nos partenaires qui nous soutiennent, à commencer par la Collectivité qui nous aide depuis la première édition. J’en profite également pour lancer un appel aux sponsors potentiels car nous souhaiterions augmenter la dotation du tournoi et ainsi attirer des joueuses encore mieux classées. » A bon entendeur, salut ! Et à l’année prochaine pour une septième édition, qui sait, peut-être encore plus relevée.

Commenter avec Facebook

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.