Temps de lecture estimé : 4 minutes

La conférence-débat qui se tenait mercredi à la MJC de Sandy Ground, était l’occasion d’inciter la population à contribuer, par ses images et vidéos, à la connaissance et au suivi des mammifères marins qui vivent tout près de nous.

« Vous êtes les yeux de la mer » expliquait mercredi soir le président de l’Observatoire des mammifères marins de Guadeloupe (OMMAG), Laurent Bouvret, venu à Saint-Martin apporter sa contribution à la conférence-débat qui se déroulait au Centre culturel de Sandy Ground. La Réserve naturelle avait en effet convié la population pour un moment de découverte des mammifères marins au travers de deux projections et d’une discussion. «Mieux les connaître, pour mieux les protéger », tel est en effet le crédo de la Réserve à qui a été confié la représentation locale du sanctuaire AGOA dans nos eaux. Sur le modèle du réseau d’éco-volontaires créé pour l’observation des tortues marines, l’OMMAG et la Réserve naturelle souhaitent développer à Saint-Martin un même réseau de science participative dans lequel tout un chacun peut communiquer ses clichés et vidéos de mammifères marins. « La science participative permet d’impliquer tous ceux qui peuvent faire des observations et ainsi apporter leur contribution » précisait mercredi Laurent Bouveret, devant le public venu s’intéresser aux cétacés qui fréquentent nos eaux. Fort de l’expérience réussie en Guadeloupe, où le réseau a permis de récolter plus de 12000 photos et vidéos entre 2013 et 2014, le président de l’OMMAG invite donc la population de Saint-Martin à partager tout renseignements et images qui alimenteront la base de données (les contributions peuvent être envoyées à baleine@rnsm.org).  « La photo identification est une technique qui permet de suivre les animaux à partir de leurs caractéristiques morphologiques, uniques pour chaque individu » explique en outre Romain Renoux de la Réserve naturelle. La nageoire caudale pour la baleine à bosse ou la nageoire dorsale pour le dauphin, constituent un repère d’identification propre à chaque individu et qui permet ensuite de suivre un animal d’une zone à l’autre. Ces éléments, lorsqu’ils sont photographiés, constituent donc une ressource importante pour améliorer la connaissance.

Une conférénce digne d’intérét

Mercredi soir, ils étaient une soixantaine, dont de nombreux enfants, à se rendre dans la salle de cinéma de la MJC pour en savoir un peu plus sur ces mammifères marins qui vivent tout près de nous, surtout en cette période de l’année où après une migration de 6000 kilomètres depuis les eaux glacées de l’hémisphère nord, ils viennent se reproduire et mettre bas dans les eaux tièdes. Les discussions qui ont suivi les projections de films ont ainsi permis au directeur de la Réserve Nicolas Maslach et au président de l’OMMAG Laurent Bouveret, de répondre à toutes les questions posées par l’assistance. Celle-ci apprenait par exemple les principaux dangers rencontrés par les cétacés et pouvant causer des blessures voire la mort : enchevêtrement dans des filets de pêche abandonnés en mer, collisions avec les navires qui se produisent le plus souvent lorsque les individus sont en sommeil ou quand les bateaux sont silencieux, harcèlement des plaisanciers, etc. Tout au long de la conférence les enfants se sont montrés particulièrement attentifs sur les habitudes de ces géants des mers. Une bonne chose, car ce sont eux les garants du futur dans la préservation de cette remarquable biodiversité soumise à la pression humaine.


Les baleines s’invitent à l’école

En marge de cette conférence, l’association « Mon école ma baleine » est intervenue dans les trois collèges pour sensibiliser les élèves, auprès des classes de quatrième qui bénéficient d’un enseignement « tourisme ». L’année dernière une antenne de l’association s’était créée à Saint-Martin afin de déployer ces interventions en milieu scolaire sur le territoire. Quelque 400 élèves ont ainsi déjà été sensibilisés grâce aux outils pédagogiques que l’association met à disposition des enseignants.

Commenter avec Facebook

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.