Temps de lecture estimé : 4 minutes

Le 29 janvier dernier, la Chambre consulaire interprofessionnelle (CCISM) réaffirmait, par la voix de son président Jean Arnell, ses ambitions à l’aube de la nouvelle année.

Innover et investir, restent décidément les maîtres mots du président de la CCISM Jean Arnell, en poste depuis 6 mois. Le 29 janvier sa cérémonie de vœux était l’occasion de réitérer une feuille de route, dont le renforcement de l’accompagnement des entreprises reste l’axe prioritaire sur un territoire « paralysé par une crise sans précédent ». Optimiste, Jean Arnell l’était pourtant, voulant que les acteurs économiques de Saint-Martin surfent sur les indicateurs positifs de la nouvelle année. « Cette année 2015 débute sous des auspices encourageants », analyse t-il à la lecture des indicateurs locaux – le volume d’affaires en progression à l’aéroport de Grand-Case, l’augmentation du 15% du trafic à Juliana, les plus de 2 millions de croisiéristes comptabilisés l’année dernière côté hollandais…- mais aussi des indicateurs internationaux : taux de croissance des USA qui devrait avoisiner les 3 % cette année et taux de change euro dollar.

Chantiers et combats à mener

Jean Arnell entend cette année faire émerger l’institut de statistiques territorial, rappelant une fois de plus que « le manque de statistiques et d’études économiques prive les décideurs d’informations qui permettraient d’évaluer l’impact des politiques publiques ». Le lancement d’un observatoire économique au sein de la CCISM est donc sur les rails, avec « publication de chiffres clefs sous forme de bulletins économiques ».
L’accompagnement des entreprises devrait également monter en puissance en 2015.  La signature de la convention export en décembre 2014 entre la CCISM, l’Etat, la Collectivité et des partenaires d’appui à l’international constitue l’une de ces réalisations concrètes pouvant booster le développement des entreprises locales. Objectif : accompagner 50 entreprises sur 5 ans, et dès cette année, avec la création du guichet unique export à la CCISM. Afin de favoriser les formalités administratives des entreprises, la CCISM entend également ne pas lâcher le dossier du RCS et continuer à faire pression, avec les autres CCI d’Outre-mer, auprès du gouvernement. La demande d’installation d’une agence de plein exercice concernant l’URSSAF et le RSI va également continuer de mobiliser les troupes de la chambre consulaire. A noter que 2015 devrait aussi voir naître le comité local de pêche dans le cadre de la structuration de la filière.
La CCISM veut également continuer à défendre les intérêts du monde économique auprès des autorités, soit exhorter la COM à prendre « des mesures fiscales qui impactent favorablement le tissu économique » et à « libérer le foncier, notamment en accélérant la réforme du PLU ». La CCISM entend également continuer à faire pression sur le gouvernement pour « des mesures incitatives sectorielles en matière notamment de charges sociales ».
Enfin, avec l’organisation de la première conférence sur le financement des entreprises, ce même 29 janvier, la CCISM veut miser sur l’animation et la formation du tissu économique pour soutenir le développement des entreprises locales.
Tous ces travaux engagés sur 2015 devraient par la suite être menés dans des locaux plus appropriés puisque Jean Arnell annonçait jeudi dernier des travaux d’extension de la CCISM d’ici cet été, soit 400 m2 carrés supplémentaires.
Le président de la CCISM n’a cependant pas manqué d’interpeller les autorités sur la situation financière de la chambre consulaire « affectée depuis l’évolution statutaire et la réforme de la taxe professionnelle ». De 1 million d’euros en 2004, les recettes de la CCISM sont passées à 250 000 euros en 2014. Une situation qui pose tout de même la question de la pérennité financière de l’institution.


Visite de terrain

Alors qu’un accord-cadre BPI / COM / CCISM est en pourparlers pour améliorer l’offre de la banque publique sur le territoire, le président de la CCISM accompagné de son équipe recevait jeudi dernier, la directrice régionale Antilles-Guyane de la BPI, Michèle Papalia, et le président de la FTPE Outre-mer, Alan Nagam. Objectif : montrer qu’à Saint-Martin « il y a des entreprises qui innovent, embauchent et investissent, ce sont des études de cas positives » justifiait Jean Arnell, voulant mettre en avant le potentiel du territoire à ses deux interlocuteurs clefs. Super U, Equip, Okaïdi / Promod, et Food Concept à Mont Vernon ont ainsi accueilli le cortège toute la matinée.

Commenter avec Facebook

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.