Temps de lecture estimé : 3 minutes

Trente personnes ont acquis la nationalité française ce mardi matin au cours d’une cérémonie de naturalisation qui se tenait à la préfecture.

Depuis 2006, la naturalisation a lieu à la suite d’une cérémonie qui, comme pour un mariage ou événement solennel, permet de conserver le souvenir d’une journée qui se veut donc inoubliable. En l’absence du préfet Philippe Chopin, c’est le secrétaire général de la préfecture Matthieu Doligez qui a présidé cette cérémonie de naturalisation où vingt personnes ont acquis la nationalité française par décret et dix par mariage. Le secrétaire général de la préfecture a d’abord souhaité la bienvenue aux nouveaux Français, les remerciant aussi pour leur « volonté d’acquérir la nationalité française ». « Certains d’entre nous sommes Français par nos parents, alors que vous avez fait le choix d’un acte volontaire et réfléchi qui vous a conduit à renoncer à votre nationalité d’origine pour opter pour un pays, ses valeurs et ses idées. Devenir Français n’est pas une simple formalité administrative, c’est un acte fondamental, qui vous engage personnellement », a-t-il ajouté. Il a ensuite longuement parlé de la France, ce «beau et noble pays de tradition, de coutume qui s’est aussi bâti tout au long des siècles en accueillant des populations étrangères ». Et outre le fait que la France « va s’enrichir » de ses nouveaux citoyens, de leur culture et de leurs expériences personnelles, ces derniers vont devoir « la défendre devant les critiques ». Matthieu Doligez a notamment fait référence aux attentats de début janvier, soulignant que des terroristes ont tenté de « déstabiliser » la France et qu’il faut maintenant « défendre nos valeurs communes et notre attachement républicain ».

Des droits et des devoirs

Le secrétaire général de la préfecture a ensuite fait mention des valeurs de la France, qui est une « république indivisible, laïque, démocratique et sociale » et « assure l’égalité de tous les citoyens, sans distinction d’origine, de race, de religion, de sexe ». « Vouloir devenir Français, c’est accepter ces idées, se les approprier et être prêt à se battre pour elles car elles forment l’image indiscutable de notre pacte social et de notre démocratie », a-t-il ajouté, avant d’expliquer qu’être Français signifie aussi bénéfcier de droits propres à tous les citoyens, mais aussi prendre conscience que chaque citoyen a des devoirs : le respect de la loi, l’intégration et l’implication dans l’essor du pays « par le travail et l’intelligence ». « Bonne et heureuse vie au sein de la communauté nationale. Si un jour eu, vous avez eu envie et besoin de la France, celle-ci a désormais besoin de vous pour bâtir un avenir commun et contribuer à répandre ses valeurs d’humanisme », a-t-il poursuivi avant de conclure avec cette phrase désormais célèbre : « Ne demandez pas ce que la France peut faire pour vous, mais demandez-vous ce que vous pouvez faire pour la France. Ce pays, servez-le, défendez-le et aimez-le ».

La Marseillaise et la remise des papiers de naturalisation par les officiels ont suivi. A noter que dix nationalités étaient représentées lors de cette cérémonie : haïtienne, dominicaine, tunisienne, vietnamienne, malgache, colombienne, indienne, ivoirienne, dominiquaise et nigériane.

Commenter avec Facebook

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.