Temps de lecture estimé : 2 minutes

L’Assemblée nationale vient de publier les subventions distribuées en 2014 par les députés à des projets de leur circonscription, dans le cadre de la réserve parlementaire.

Pour la seconde année consécutive, l’Assemblée nationale met en ligne la réserve parlementaire utilisée par les députés pour financer des projets locaux. Il s’agit d’un ensemble de subventions d’Etat votées et modifiées en lois de finances initiales ou rectificatives, grâce auxquelles les parlementaires soutiennent des projets de leur circonscription, menés par les collectivités locales ou les associations. Un député ayant la possibilité de proposer l’attribution de subventions à hauteur de 130 000 euros en moyenne (la répartition entre les députés relevant de chaque groupe politique), en 2014 la cagnotte accordée aux îles du Nord s’élève ainsi à 141000 €. Parmi les associations de Saint-Martin ayant bénéficié d’une subvention figurent ainsi le club Speedy Plus (5000 €), le Vélo Club de Grand-Case (10000 €), les Festivités Carnavalesques de Saint-Martin (10000 €), l’association Good Friends (3000 €), Headmade factory (5000 €), I Love My Ram (3000 €), Jeunesse Soualiga (6000 €), le Manteau de Saint-Martin (3000 €), Nature Valley Colombier (4000 €), la Réserve naturelle (5000 €), Scouts et guides de Saint-Martin (5000 €), Tournesol (5000 €). Au total en 2014, 80 millions d’euros de subventions auront été redistribués par l’ensemble des députés.
C’est la deuxième année consécutive que le détails des subventions accordées dans le cadre réserve parlementaire est publié sur le site de l’Assemblée nationale. Lors de son élection à la présidence de l’hémicycle, Claude Bartolone avait en effet souhaité mettre fin à l’opacité de ce dispositif. Un rapport de la cour des comptes, rendu public ce jeudi, vient cependant accabler le fonctionnement de cette cagnotte parlementaire. « Au-delà d’un effort de transparence récent, d’abord de l’Assemblée nationale puis du Sénat, cette procédure particulière justifierait une réforme profonde » indique la Cour des comptes dans son référé du 12 février, portant sur les subventions pour travaux divers d’intérêt local, dont la part la plus importante fait partie de la réserve parlementaire.  

Commenter avec Facebook

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.