Temps de lecture estimé : 3 minutes

Ce jeudi matin, le centre agréé « véhicules hors d’usage » (VHU) situé à l’écosite des Grandes Cayes a été inauguré. L’installation permettra de désassembler et de recycler les épaves.

L’inauguration de ce nouveau centre a eu lieu en présence d’Olivier Gaudeau, directeur ingénierie chez INDRA SAS, une entreprise qui anime 400 centres VHU, de Catherine Luciana, directrice régionale de l’Agence de l’Environnement et de la Maîtrise de l’Energie (ADEME) Guadeloupe, du sénateur Guillaume Arnell, des employés de l’écosite, etc. Ce nouveau centre, qui est le dernier élément du dispositif de traitement, recyclage et valorisation des déchets de Saint-Martin, est désormais opérationnel et permettra de désassembler et de recycler ce qu’on appelle «véhicules hors d’usage » ou épaves, dans des conditions en parfait accord avec les règlementations française et européenne. Les employés de l’écosite des Grandes Cayes seront formés la semaine prochaine pour s’approprier les techniques de cette nouvelle structure. «C’est l’aboutissement de près de 10 ans d’activité sur le site des Grandes Cayes », a expliqué Patrick Villemin, président de l’entreprise saint-martinoise VERDE SXM qui assure la gestion de l’ensemble des déchets de la partie française de l’île sur l’écosite. Dans un premier temps, le site a été mis aux normes avec l’installation du stockage des déchets sans risque de pollution, puis du centre de recyclage et revalorisation qui permet de recycler ou de valoriser un maximum de déchets collectés auprès des professionnels ou des encombrants ménagers. « Il nous manquait un dernier élément : le traitement des véhicules hors d’usage », a-t-il poursuivi. Mais l’événement a été « un peu repoussé », car difficile à mettre en place. En effet, un centre VHU imposent des normes très strictes car les véhicules doivent être recyclés à 95 % de leur masse. Ainsi, sur un véhicule d’une tonne en fin de vie, il ne reste que 50 à 60 kilos de déchets à l’issue du traitement. «C’est une tâche difficile, d’où l’importance d’un centre aux normes et techniquement au point », a ajouté M. Villemin.

De l’importance du recyclage

Pour Olivier Gaudeau, venu spécialement pour l’inauguration de l’installation, la principale difficulté aujourd’hui réside dans le fait que les carcasses risquent de ne pas arriver au centre VHU. « Il est important que les mentalités changent », a-t-il déclaré. « Les VHU sont dangereux car ils contiennent des fluides polluants mais inhérents aux véhicules ». Et d’ajouter qu’il faut aussi « promouvoir la réutilisation », notamment par le biais des pièces détachées d’occasion. « La gestion des VHU est importante pour plusieurs raisons », a surenchéri Catherine Luciana. La cause est d’abord environnementale car les déchets des VHU sont dangereux (essence, huile, fluides frigorigènes) et « se retrouvent dans les sols et dans nos eaux» quand un véhicule est abandonné. Mais il aussi question de paysage et de tourisme, car les carcasses des véhicules abandonnés sont loin d’être esthétiques. Enfin, Mme Luciana a également fait référence à la santé publique, soulignant qu’il faudrait « réduire au maximum les déchets qui permettent la multiplication des larves de moustique ». Quant au sénateur Guillaume Arnell, il a déclaré que « notre île doit retrouver un cadre agréable pour tout un chacun », « pas nécessairement pour nos visiteurs », mais «d’abord pour nous ». « Car nous sommes les premiers visiteurs de notre environnement », a-t-il poursuivi. Et selon lui, maintenant que l’installation est opérationnelle, « il faut monter d’un cran » pour que les épaves arrivent au centre VHU.

Commenter avec Facebook

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.