Temps de lecture estimé : 3 minutes

Dans le cadre de sa mission d’accompagnement des très petites entreprises, la FTPE de Saint-Martin a consolide son réseau de partenaires. Les entrepreneurs peuvent donc désormais accéder à des dispositifs jusqu’alors peu, voire pas exploités, sur notre territoire. 

Créée en juin 2014, la Fédération des Très Petites Entreprises (FTPE) de Saint-Martin a vocation à aider ses adhérents à consolider leur activité. Elle peut également proposer un plan d’accompagnement à la restructuration et au développement. Depuis quelques mois les actions de la FTPE montent donc en puissance et la structure peut déjà compter sur une cinquantaine d’adhérents. Les réunions de travail qui se tenaient la semaine dernière, en présence du président de la FTPE Outre-Mer Alan Nagam, marquent une nouvelle étape dans l’accompagnement des très petites entreprises locales qui constituent, dans leur globalité, 99% du tissu économique saint-martinois. La FTPE entend en effet se faire le relais des dispositifs de soutien et d’accompagnement qui sont destinés aux entreprises en difficulté ou en phase de développement. Trop peu exploités sur notre territoire, car jusqu’alors peu représentés ou méconnus alors que paradoxalement la situation économique de Saint-Martin le justifie pleinement, ces dispositifs, qui peuvent être activés via la FTPE, constituent pourtant des gros coup de pouce pour les entrepreneurs.

Garanties, moratoires, etc

Jeudi dernier la FTPE recevait donc différents acteurs de l’accompagnement aux entreprises, dont la Banque publique d’investissement (BPI) présente en Outre-mer depuis moins de deux ans. Pour rappel la BPI intervient en garantie, en prêt développement ou encore en accompagnement sur la commande publique : « nous répondons aux besoins de consolidation de l’entreprise » précise Muguette Daijardin. La BPI et la FTPE ont ainsi rencontré les banques privées : « le fonctionnement de la BPI est méconnu pour certaines banques, mais dans l’ensemble elles ont été très ouvertes au dispositif » indique la présidente de la fédération, Angèle Dormoy. A l’occasion de ces travaux un autre interlocuteur clef pour les entreprises était également présent à Saint-Martin la semaine dernière : Valérie Paul, commissaire à la vie des entreprises et au développement productif, présentait à la FTPE les dispositifs d’aide de l’Etat que les entreprises locales peuvent activer : médiation sur les marchés publics ou encore saisine de la CCSF (commission des chefs des services financiers), qui permet de négocier des moratoires en un bloc. « La FTPE est votre relai » voulait rappeler Valérie Paul, bien consciente qu’au vu de la conjoncture actuelle « nous sommes dans une période où les entreprises ont particulièrement besoin d’être accompagnées ». Jeudi et vendredi dernier, les travaux de la FTPE ont également conduit à des rencontres avec le secrétaire général du préfet Matthieu Doligez, le représentant de la DRFIP (Direction Régionale des Finances Publiques), ainsi que le service fiscal de la Collectivité, pour évoquer les leviers que les entreprises locales peuvent actionner. Des représentants du CESC et de la CCISM, des experts-comptables, des socio-professionnels et la plateforme Initiative ont aussi été associés à ces réflexions.

L’adhésion à la FTPE, si elle n’est pas indispensable pour bénéficier des dispositifs d’accompagnement, permet en revanche d’accéder plus facilement à ce réseau et d’obtenir une aide lors des démarches administratives qui peuvent parfois être complexes. Contact : 0690 66 55 00, ftpe.fwi@icloud.com

Commenter avec Facebook

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.