Temps de lecture estimé : 5 minutes

La 8ème semaine du handicap à Saint-Martin se tiendra du 8 au 15 mars. Le thème cette année est « sport et handicap ».

Ce thème a été choisi localement car il n’existe pas de dispositif spécifique au sport et au handicap à Saint-Martin. Seules quelques actions sont mises en place au niveau de l’Education nationale. « Nous voulions souligner le manque de structures locales alors que la Guadeloupe, Saint-Martin compris, est une terre de champions. De plus, le sport est un élément de sociabilité et d’intégration », indique Didier Witczak, secrétaire de l’association Tournesol. En outre, il aide au « vivre ensemble » et au « bien-être », selon Bernice Brooks, présidente de l’association, et il ne faut pas négliger son importance sur la santé puisque le sport permet de lutter contre le surpoids et contre certaines maladies cardiovasculaires. Mais la semaine du handicap est aussi un moyen de lutter contre les problématiques liées au handicap, et notamment au niveau de l’accessibilité. « Il y a une carence à ce niveau à Saint-Martin », soulignent les membres de Tournesol. En effet, les rampes d’accessibilité aux bâtiments ne sont pas toujours existantes, de même que les trottoirs ne sont pas toujours adaptés. Et même si cela s’améliore – les bâtiments construits aujourd’hui et accueillant du public doivent être soumises à une commission d’accessibilité –, il y a encore beaucoup de retards au niveau du territoire. « Promenez-vous à Saint-Martin et vous verrez », poursuit Bernice Brooks. D’où l’intérêt pour les associations qui œuvrent au quotidien en faveur des personnes en situation de handicap de continuer de « se fédérer », dixit Fernand Semedo, directeur du SESSAD, pour se faire entendre et obtenir toujours plus de visibilité.  

Une très lente évolution

C’est en 2008 que l’association Tournesol a organisé la semaine du handicap pour la première fois. Depuis, l’événement a lieu chaque année. « A force, ça commence à faire effet, les gens sont un peu plus sensibles au fait de voir des gens en fauteuil ou dans d’autres situations de handicap », déclare Bernice Brooks. Mais les choses avancent encore trop lentement, selon elle : «  Il y a encore beaucoup de choses à faire même si cet événement a pu ouvrir l’esprit de beaucoup de personnes qui autrefois voyaient les handicapés comme des gens qui devaient rester dans un coin et ne pas s’associer à la communauté. Les regards ont changé, mais c’est un travail de longue haleine », ajoute-t-elle. Il y a un autre problème de taille, selon elle : les associations ne sont pas assez nombreuses pour répondre à toutes les demandes.

Trop peu de structures

Aujourd’hui, l’Agence régionale de santé réfléchit avec les associations et la COM au devenir des enfants en situation de handicap et des projets sont en cours car chaque année, il y a une dizaine de familles qui quittent Saint-Martin faute de structures. Ainsi, des appels à projet devraient être émis d’ici la fin de l’année ou début 2016 pour un institut médico-éducatif (IME), une maison d’accueil spécialisée (MAS), un établissement et service d’aide par l’Etat (ESAT), un foyer occupationnel, etc. Actuellement, il n’existe que trois associations à Saint-Martin qui œuvrent en faveur des enfants handicapés : Tournesol, le SESSAD-Coralita (seule structure médico-sociale existante) et SXM Autisme. Il existe également quatre unités localisées pour l’inclusion scolaire (ULIS) en collège et au lycée et six classes pour l’inclusion scolaire (CLIS) dans le primaire. Le problème c’est qu’après l’âge de 16 ans, ils ne sont plus scolarisés. Tournesol prend donc en charge onze jeunes adultes, mais « la demande est forte » et l’association n’a pas les moyens d’en prendre en charge davantage.

La semaine du handicap est donc l’occasion pour ces associations d’obtenir un peu plus de visibilité pour faire valoir leurs actions en faveur des personnes en situation de handicap. Tournesol invite donc la population, et pas seulement les usagers des associations et du SESSAD, à participer aux actions. Car si les choses ont du mal à se mettre en place, « on garde espoir », conclut Bernice Brooks.


Programme de la semaine du handicap

Dimanche 8 mars
Marche d’ouverture : départ à 8h30 à la MJC de Sandy Ground, animations sportives au stade de Sandy Ground, retour à la MJC pour le petit-déjeuner.

Lundi 9 mars
Inauguration au coin des artistes à l’hôtel de la Collectivité à 17h30. Exposition de photos sur le thème et groupe de musique « Percussions » des jeunes du SESSAD. Projection en collaboration avec le SESSAD et l’Education nationale du film « Entre les mots » et poursuite d’un débat au collège Soualiga.

Mardi 10 mars
Accueil des CLIS au SESSAD, projection en collaboration avec le SESSAD et l’Education nationale du film « Entre les mots » et poursuite d’un débat au collège Mont des Accords.

Mercredi 11 mars
Journée porte ouverte au SESSAD de 10h à 15h, ateliers sportifs avec les enfants des associations et des volontaires de clubs sportifs au stade de Sandy Ground : découvert de différents sports et intervention de Saint-Martin Santé pour un dépistage du diabète de 15h à 17h.

Vendredi 13 mars
Matinée sportive avec les écoles accueillant une CLIS organisée par l’USEP et l’Education nationale de 8h à 11h au galion. L’opération ruban jaune est reconduite. Projection en collaboration avec le SESSAD et l’Education nationale du film « Entre les mots » et poursuite d’un débat au collège de Quartier d’Orléans.

Samedi 14 mars
Matinée porte ouverte au local de Tournesol de 10h à 12h.

Dimanche 15 mars
Pique-nique au Galion. Rendez-vous à 9h30.

Commenter avec Facebook

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.