Temps de lecture estimé : 3 minutes

Fédérer tous les intervenants autour de l’adolescent et favoriser un dépistage précoce des troubles : à échelle locale, le centre médico-psychologique entend cette année contribuer à la Semaine d’Information sur la Santé Mentale. 

Selon l’Organisation mondiale de la santé, en 2014 chez les 10-19 ans dans le monde, la dépression est la première cause de maladie et le suicide la 3ème cause de décès. En France, dans une société en mutation rapide, la santé mentale des jeunes est depuis peu considérée comme une priorité de santé publique. Des études récentes rapportent qu’environ 25 % des jeunes de 15 à 25 ans présentent des troubles psychiques. Cette année le centre médico-psychologique (CMP) de l’hôpital a donc tenu à contribuer à la Semaine d’Information sur la Santé Mentale, en proposant à échelle locale une série d’initiatives centrées sur le thème « Etre adolescent aujourd’hui ».

Au cœur du milieu scolaire

Durant l’adolescence on veut être libre, mais on a également besoin de soutien, d’écoute, de protection et parfois de soins. C’est le temps des changements et des doutes, celui où il faut s’adapter à un nouveau corps, choisir une orientation professionnelle dans une société en crise, construire son identité propre, découvrir sa sexualité, tenter de nouvelles expériences, développer des relations amicales et affectives en dehors du cadre familial, prendre son autonomie et choisir son projet de vie… Dans le cadre de cette Semaine d’Information sur la Santé Mentale, des stands et des discussions seront donc organisés dans les établissements scolaires du second degré entre le 17 et le 23 mars (voir programme). « Les enseignants sont en première ligne » constate le docteur Oualid, psychiatre au CMP. « Ceux sont eux qui détectent les premiers signes d’alerte ». Ancrer l’événement en milieu scolaire est aussi le moyen le plus efficace de parler aux adolescents : « ils doivent pouvoir savoir à qui s’adresser en cas de problème » ajoute le médecin. Les jeunes seront également invités à répondre à un questionnaire anonyme qui favorisera, une fois exploité, le repérage de certaines tendances. Au collège de Quartier d’Orléans, un mur d’expression sera également à disposition des ados.

Faire vivre le réseau

« A Saint-Martin, il existe déjà une énorme synergie entre les services qui s’occupent des jeunes » constate le docteur Oualid. L’objectif consiste donc à « rassembler tous ces partenaires et intervenants et à favoriser les liens professionnels dans ce réseau ». Maison des Ados, Aide sociale à l’enfance, BPDJ, CRIP, MDPH, Sessad, médecins généralistes, ARS, centre hospitalier, psychiatres… tous ces partenaires auront l’occasion de se rassembler et de débattre lors d’un colloque réservé aux professionnels qui interviennent auprès des adolescents, le 26 mars à la CCISM de 8 heures à 17 heures. L’événement se conclura le vendredi 27 mars par la projection d’un film au Centre hospitalier.
Décrochage scolaire, isolement, prises de risques, addictions, agressivité, auto destruction, accidents répétés : autant de signes qui, détecté chez un jeune, doivent alerter parents, enseignants et professionnels de santé. Cette semaine d’information est là pour en parler.


Stands et débats en milieu scolaire

Mardi 17 mars
Collège de Quartier d’Orléans
Jeudi 19 mars
Lycée polyvalent des îles du Nord
Vendredi 20 mars
Collège Soualiga
Lundi 23 mars
Collège Mont des Accords

Commenter avec Facebook

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.