Temps de lecture estimé : 2 minutes

Jeudi dernier, le sénateur de Saint-Martin Guillaume Arnell intervenait au sénat dans le cadre du débat sur l’avenir de l’industrie agroalimentaire.

Jeudi dernier, le sénateur de Saint-Martin Guillaume Arnell intervenait au sénat dans le cadre du débat sur l’avenir de l’industrie agroalimentaire. A ce titre, il s’est notamment exprimé sur la transparence de la qualité des produits et leur traçabilité, citant la problématique des ajouts de sucre dans les produits agroalimentaires vendus dans les collectivités d’Outre-mer, «souvent bien supérieurs aux quantités de ceux des produits vendus en métropole au seul prétexte que la population y est sensible ». Rappelant la loi « sucre » de Victorin Lurel votée en 2013, Guillaume Arnell s’interroge : « comment expliquer, au regard des enjeux de santé publique, que nous attendons toujours les arrêtés ministériels d’entrée en vigueur d’un tel texte ?». L’autre préoccupation du sénateur également issue de cette même loi sur la qualité de l’offre alimentaire en outre-mer, portait sur les dates limites de consommation et dates limites d’utilisation optimale des produits. En effet, les produits sont soumis à des dates plus tardives en Outre-mer. « Un alignement des dates de péremption entre les produits vendus en France hexagonale et ceux vendus dans les territoires d’outre-mer était légitimement demandée. Là encore, nous sommes dans l’attente des arrêtés d’entrée en vigueur d’une loi consensuelle ».

Commenter avec Facebook

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.