Temps de lecture estimé : 5 minutes

Le week-end dernier, la 3ème édition de la Nagico a été marquée par la rivalité entre le VCG et l’ASBM. Pour une petite seconde d’avance, le vieux briscard Nicolas Dumont (VCG) remporte le général.

Il avait disparu du paysage cycliste depuis plus d’un an, mais il avait juré qu’il referait surface en 2015. À 42 ans, après avoir purgé une suspension à cause d’une affaire de dopage, la « grande gueule » du Vélo Club de Grand-Case est bel et bien de retour. Vainqueur de la première édition de la Nagico to Nagico Cycling Race en 2013, Nicolas Dumont a donc dignement célébré son come back à Saint-Martin par une nouvelle victoire. Huitième du général après le prologue (2km) de vendredi soir sur le Causeway Bridge remporté par le Polonais de l’ASBM, Adam Pierzga, le vieux briscard s’est rappelé au bon souvenir du peloton dès le lendemain matin, en sautant dans la bonne échappée.

Sur 8 tours d’un circuit de 10 kilomètres entre Quartier d’Orléans et Oyster Pond, le trio Nicolas Dumont, Luis Sablon (ASBM) et Giovanni Rousseau (USR Vélo) a rapidement faussé compagnie au reste des coureurs. Avec près de 5 minutes et 30 secondes d’avance sur le groupe du leader, le Guadeloupéen Sablon remporte le sprint final devant son compatriote Rousseau. Quant à Nicolas Dumont, il hérite de la première place au général. Samedi après-midi, lors du contre-la-montre (5,5km) entre Sucker Garden et Cay Hill, la « mobylette Pierzga » a prouvé en 8 minutes et 1 seconde qu’il était vraiment l’homme le plus rapide de cette Nagico. Victime le matin de douleurs au genou, Jayson Rousseau (VCG), vainqueur en 2014, a préféré arrêter sa course entre les deux tronçons.
Dimanche matin à Philipsburg, au départ de la dernière étape (123,5km), seulement deux secondes séparaient le leader Nicolas Dumont de son dauphin et meilleur grimpeur, Luis Sablon. Dès les premiers hectomètres, le très en forme Adam Pierzga, équipier du maillot à pois, a naturellement placé une attaque. Plutôt que de s’essouffler à contrer le coureur de l’ASBM qui ne menaçait pas directement Dumont au général, le VCG a opté pour une gestion de course sans affolement. Jamais repris, le Polonais solitaire offre un quatrième succès d’étape à la formation rouge et jaune, son troisième personnel. Quant à la victoire finale, elle s’est réglée une quarantaine de secondes plus tard dans les rues de Marigot, au sprint.

Parti en costaud dans la dernière ascension du parcours, Luis Sablon a tout tenté pour priver Nicolas Dumont d’un trophée qui lui tendait les bras. Un peu esseulé, le vainqueur 2013 s’est lancé à la poursuite du fuyard, entrainant dans sa roue un autre revenant, le Vénézuélien Miguel Ubeto (ASBM). Avant de franchir la ligne, Sablon jette un dernier coup d’œil en arrière. Ubeto et Dumont le suivent de près. Tellement près qu’il est impossible de savoir si Sablon a comblé ses deux secondes de retard sur Dumont. A cet instant, une seule chose est sûre : l’ASBM a placé trois de ses sociétaires sur le podium de cette dernière étape. Sablon est confiant. Dumont sait qu’il a fait son maximum. Après un long suspens et pour une petite seconde d’avance, Nicolas Dumont est déclaré vainqueur et permet ainsi au VCG de garder la main mise sur la Nagico.
En manque de compétition, le lauréat 2015 relativise quelque peu sa performance mais n’en savoure pas moins sa victoire. « Les jambes sont là mais je manque un peu de giclette, d’intensité. C’est ça de rester un an et demi sur le bord de la route. Mais je ne me plains pas. A quarante-deux ans, je n’attends plus rien. C’est que du plaisir ! Et puis, sur une course comme aujourd’hui, quand votre équipe se met à plat ventre, même si vous avez mal aux jambes, vous respectez tout ça et vous défendez ce qu’il y a à défendre. » Du point de vue extra-sportif, cette Nagico to Nagico Cycling Race aura également été marquée par une sécurité renforcée sur les routes grâce au bon travail de la police territoriale et de leurs homologues hollandais.


Un leger bemol

Si cette Nagico to Nagico Cycling Race a été une vraie fête du cyclisme à Saint-Martin pendant trois jours, une plus grande fréquentation n’aurait certainement pas nui au spectacle. En effet, seule une trentaine de coureurs (6 équipes) était engagée au départ du prologue et à peine une quinzaine était à l’arrivée à Marigot. Le président du comité de cyclisme de Guadeloupe, qui avait fait spécialement le déplacement sur notre petit caillou, s’est voulu rassurant quant à l’avenir du cyclisme à Saint-Martin. Nul doute que pour les prochaines années, davantage d’équipes du « continent » guadeloupéen, ainsi que des autres îles de la Caraïbe, soient alignées au départ de la Nagico.


RESULTATS

Classement général après 2 étapes :
1. DUMONT Nicolas (VCG), 5:34:51
2. SABLON LUIS (ASBM), +0:01
3. ROUSSEAU Giovani (USR Vélo), +0:56
4. UBETO APONTE Miguel (ASBM), +1:34
5. PIERZGA Adam Jozef (ASBM), +4:10
6. ERRIN Warren (VCG), +4:57
7. TURPIN Ludovic (VCG), +5:45
8. JUNON Daniel (USR Vélo), +6:21
9. ERRIN Grégory (VCG), +8:49
10. BELAIR Edwige (VCG 2), +9:13
11. NOYON Wilfried (VCG 2), +15:02
12. CARTY Patricio (ASM), +22:39
13. COMTE Rémi (SXM Tri), + 58:00
14. PETRO Jérémie (VCG 2), +58:17
15. BESNARD Fred (SXM Tri), +1:25:05

Maillots distinctifs :
Général individuel : DUMONT Nicolas (VCG)
Meilleur grimpeur : PIERZGA Adam Jozef (ASBM)
Meilleur jeune : ERRIN Warren (VCG)
Meilleur Pass Cycliste : NOYON Wilfried (VCG 2)
Meilleure équipe : AS Baie-Mahaultienne (ASBM)

Commenter avec Facebook

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.