Temps de lecture estimé : 3 minutes

Jeudi et vendredi derniers, l’école élémentaire Emile Choisy organisait des ateliers sur le comportement alimentaire à destination des élèves.

Ce projet, qui résulte d’une volonté de l’Inspection académique, a été mené par Jocelyne Berchel, chargée de mission au centre de ressources de l’école élémentaire Emile Choisy. Il entre dans le cadre d’activités scientifiques proposées aux élèves, en collaboration avec leurs enseignants. « Durant trois mois, nous avons travaillé sur les comportements alimentaires et pour le finaliser, nous avons demandé à Elizabeth Tabari, directrice de la Caisse territoriale des œuvres scolaires (CTOS) et chargée des menus des cantines, d’intervenir pour sensibiliser les enfants », a expliqué Mme Berchel. Les sensibiliser aux menus proposés à la cantine, dont ils ne sont pas toujours friands, mais aussi les encourager à faire valoir auprès de leurs parents, une fois à la maison, ce qui est sain, quels aliments il faut privilégier et comment avoir un bon comportement alimentaire au quotidien. Les élèves ont d’abord visionné un film intitulé « Bien nourrir son enfant », puis des échanges ont suivi avec la directrice de la CTOS. Ils ont discuté de plusieurs sujets, et notamment de l’importance d’un bon petit-déjeuner. « Ventre affamé n’a point d’oreille », a rappelé Mme Tabari, indiquant qu’il est difficile d’écouter et de se concentrer quand on a le ventre vide. Elle a également, par l’intermédiaire des enfants, conseillé aux parents de contrôler les menus de la cantine, de donner leur avis sur les plats et, à la maison, de préparer des repas équilibrés. Elle a ensuite passé en revue les différentes catégories d’aliments (céréales, produits laitiers, protéines, glucides, matières grasses, etc.). En dehors de ces ateliers, les élèves ont pu se livrer à des travaux manuels et à des activités écrites sur le sujet.

Retrouver une alimentation saine

Ces ateliers constituent une « excellente initiative », selon Elizabeth Tabari puisqu’elle a profité de l’occasion pour donner aux enfants des conseils en diététique. De plus en plus d’actions sur ce thème ont lieu dans les écoles et selon elle, la CTOS « a vocation à s’occuper des enfants, des repas du midi et du périscolaire », mais elle a aussi « le rôle et le devoir » de lutter contre l’obésité qui « ne commence pas à l’âge adulte ». Et c’est en éduquant les plus jeunes qu’on peut les sensibiliser à boire moins de boissons sucrées et à limiter les aliments gras. « Il faut leur mettre ça dans la tête le plus tôt possible, car à long terme, l’obésité crée des problèmes. Il faut que les enfants retrouvent une alimentation saine et équilibrée », a conclu Elizabeth Tabari.

À suivre pour ces enfants : un thème aussi important que les comportements alimentaires : la gestion des déchets.

Commenter avec Facebook

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.