Temps de lecture estimé : 3 minutes

Mardi dernier la Fondation Semsamar Solidarités et l’association Vwel O Ven ont signé une convention de partenariat en présence des présidents de l’association et de la Semsamar et de la présidente de la Fondation.

L’association Vwel O Ven existe depuis 1994 et réunit des passionnés de la mer et du nautisme animés par la volonté de se retrouver entre amis pour développer la pratique de la voile dans un but de compétition et de loisir. Mais depuis deux ans, l’association s’est également engagée dans l’insertion sociale et professionnelle de jeunes repérés comme étant en décrochage scolaire à travers, notamment, la remise en état de voiliers. La première année, le projet avait été financé à plus de 75 % par le Fonds social européen (FSE) qui n’a pas renouvelé son soutien financier pour cette année scolaire. Seule la Collectivité de Saint-Martin s’était engagée à poursuivre l’action entamée, mais le projet, faute de moyens, risquait d’être arrêté. Face à cette situation, la Fondation d’entreprise Semsamar Solidarités a décidé d’accorder pour cette année 2015 une aide de 15 000 euros à l’association pour qu’elle puisse poursuivre son œuvre. D’où cette convention de partenariat. « Votre aide va nous permettre de continuer notre action l’an prochain. Sans cela, nous n’aurions pas pu envisager de poursuivre », a déclaré Jean-Mathieu Derville, président de Vwel O Ven, qui a également souligné que la COM est aussi partenaire, de même que des entreprises privées.

Lutter contre le décrochage

Ce projet d’insertion autour du nautisme a été mis en place sous l’impulsion de Mme Laquitaine, professeure au lycée des Iles du Nord. Car comme l’indique l’association Vwel O Ven, « chaque année, de nombreux mineurs se retrouvent sans affectation à l’issue de leur classe de 3ème ». C’est ainsi qu’encadrés par une équipe pédagogique et des professionnels du nautisme, les jeunes de la classe du Cycle d’insertion professionnelle par alternance (CIPPA) travaillent désormais à la rénovation de voiliers. Ils sont de cette façon sensibilisés à leur environnement naturel proche, tout en découvrant des opportunités d’insertion professionnelle. Un dispositif qui a déjà permis le raccrochage d’un premier groupe de quatorze élèves qui se sont impliqués dans la rénovation des bateaux mis à disposition par l’association. Au terme de l’action, ils ont pu obtenir une orientation au lycée pour poursuivre leurs études.

« Voir l’école autrement »

Cette action, qui a pour but de redonner aux jeunes l’envie d’apprendre, donne également l’opportunité aux jeunes « de voir la vie et l’école autrement », a déclaré Jean-Mathieu Derville. Et de poursuivre que « c’est en allant à l’école, en se formant correctement, que l’on peut être un bon artisan ou un bon ouvrier ou un bon chef d’entreprise demain ». Jeanne Rogers-Vanterpool, présidente de la Fondation Semsamar Solidarités, s’est dite « heureuse et émue » de voir ces jeunes sur le terrain et a souligné qu’elle espérait que cette action allait leur « donner le goût du travail ». Enfin, Wendel Cocks, président de la Semsamar, a indiqué que les débouchés pour ces jeunes étaient nombreux : la mécanique, mais aussi la charpente, l’électricité, etc. « Il faut donc poursuivre dans cette voie jusqu’à atteindre un certain niveau. Je vous encourage à donner le meilleur de vous-même », a-t-il ajouté en s’adressant aux jeunes.  
À noter que 50 % de l’effectif du premier groupe a obtenu une affectation en CAP nautique, tandis que les autres ont eu une affectation en mécanique auto, charpente, cuisine et soins à la personne. Ce projet a également permis l’embauche d’une jeune femme par le lycée pour le suivi administratif de l’action.
    C.C.-F.

Commenter avec Facebook

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.