Temps de lecture estimé : 3 minutes

Créée en avril 2014 pour sensibiliser la population aux risques du diabète et encadrer les patients atteints de cette maladie chronique, l’association Saint-Martin Santé dispose enfin d’un local, qu’elle inaugurait samedi à Concordia.

Dans les Antilles françaises la prévalence du diabète est deux fois plus élevée que sur le reste du territoire national. Cette maladie chronique touche même près de 10% de la population sur notre territoire et représente « une grosse problématique de santé publique » voulait rappeler samedi dernier Ketty Karam, présidente de la commission spécialisée de la Conférence de santé et de l’autonomie Guadeloupe / îles du Nord, à l’occasion de l’inauguration du local de l’association Saint-Martin Santé. La toute jeune structure a donc du pain sur la planche puisqu’elle s’est donnée pour mission de sensibiliser la population aux risques de cette pathologie et d’accompagner les personnes atteintes de diabète. Un an après sa création l’association présidée par Chantale Thibaut, infirmière au centre hospitalier, vient donc de franchir une nouvelle étape. Samedi dernier, devant un parterre de professionnels de santé et de partenaires, les membres de Saint-Martin Santé ont inauguré leur local situé à Concordia, après quelques mois d’une action itinérante à sillonner les quartiers au plus près de la population, pour des actions de dépistage du diabète, de sensibilisation à la nutrition et aux bienfaits de l’exercice physique. « Nous sommes allés chercher la population dans son espace de vie mais après le dépistage, il faut pouvoir orienter les patients quelque part » détaillait samedi Chantale Thibaut avant de couper le ruban tricolore. Désormais, il existe à Saint-Martin « un lieu aménagé pour recevoir les patients ».

Miser sur la proximité

Le projet de Saint-Martin Santé a évidemment retenu l’attention de la vice-présidente de la Collectivité en charge du pôle Solidarité et Familles, Ramona Connor : « la COM a mis l’accent sur une prise en charge de proximité et cette association s’inscrit totalement dans ce concept ». Saluant le travail effectué par les membres de Saint-Martin Santé qui ont compris la nécessité de « s’adapter aux différents profils de populations » notamment par le biais d’une communication multilingue, Ramona Connor incite la population à « investir ces lieux où trouver un accompagnement et une écoute ».
Le local de Saint-Martin Santé, qui travaille en étroite collaboration avec l’unique endocrinologue du territoire, le docteur Catherine Messerschmitt, offre tout un panel de services dont un espace dédié aux enfants pour des ateliers ludiques de sensibilisation, un autre où peuvent être prodigués des soins de détente et de bien-être, de la documentation multilingue, etc. L’étape suivante dans la prévention du diabète, de l’obésité et des maladies cardio-vasculaires pourrait bien prendre la forme des parcours de santé sur lesquels travaille la vice-présidente de la Collectivité, interpellée sur ce sujet samedi par l’association qui verrait d’un très bon œil ce projet enfin se réaliser.

Commenter avec Facebook

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.