Temps de lecture estimé : 5 minutes

L’agence régionale de santé (ARS) fêtait ses 5 ans le 1er avril dernier. L’occasion, pour la délégation territoriale basée à Saint-Martin, de fêter cet anniversaire en rappelant ses principales réalisations.

Comme toutes les ARS de France créées par la loi Hôpital, patients, santé et territoires du 21 juillet 2009, l’ARS Guadeloupe, Saint-Martin et Saint-Barthélemy est née le 1er avril 2010. Ces établissements publics autonomes, conçus pour devenir la clef de voûte d’un système de santé territorial, couvrent tous les domaines dont la prévention, la sécurité sanitaire et l’organisation de l’offre de soins. Les 5 ans d’actions de l’ARS Guadeloupe étaient donc présentés en Guadeloupe le 30 avril par le directeur général Patrice Richard. Jeudi dernier, il revenait au directeur de la délégation territoriale, Pascal Godefroy, de rappeler les principales actions menées dans les îles et Nord et plus spécifiquement à Saint-Martin.

À l’épreuve du chikungunya

Les îles du Nord ont été le théâtre des premières actions entomologiques et épidémiologiques de l’ARS dans le cadre de la lutte contre le chikungunya, qui s’est déclarée en décembre 2013 et aura affecté 15% de la population saint-martinoise (chiffres basés sur les consultations). Un comité de gestion de l’épidémie avait été mis en place et la délégation territoriale de l’ARS, en partenariat avec la préfecture et la Collectivité, a ainsi eu à engager un programme de pulvérisations spatiales. Les îles du Nord étant sorties de la phase épidémique il y a tout juste un an « nous avons progressivement cessé les pulvérisations pour éviter que le moustique ne s’habitue au produit » indique Stanley Hanson, chef d’équipe de la lutte anti vectorielle qui avait également chapeauté la formation des « ambassadeurs » de la lutte contre le chikungunya. « La communication est l’outil le plus efficace » voulait-il d’ailleurs rappeler jeudi.

Définir les priorités de santé

Afin de garantir une meilleure articulation entre le projet régional de santé porté par l’ARS, et les initiatives locales de santé engagées par la Collectivité, un contrat local de santé (CLS) 2014 – 2017, était signé en décembre 2014. Cet engagement entre la Collectivité et l’ARS a constitué une nouvelle étape pour que soient pris en compte les besoins spécifiques de notre territoire. Six orientations ont ainsi pu être définies : nutrition et lutte contre surpoids et obésité ; prévention des maladies humaines transmises par les moustiques ; mise en place d’un Conseil local en santé mentale (CLSM) ; mise en place d’actions de dépistage des troubles du développement chez l’enfant et de comportement chez la personne âgée ; mise en œuvre des orientations du Plan santé jeunes de Saint-Martin ; création d’un pôle médico-social. Le plan d’actions du CLS est en cours de validation et sera présenté fin mai à la conférence de territoire.

Une nécessaire coopération

La santé constitue l’un des domaines où doit s’exprimer une coopération efficace entre Saint-Martin et Sint Maarten. Quelques avancées ont donc pu voir le jour depuis la création de l’ARS. Des échanges ont ainsi été initiés en 2011 et 2012 sur différents thèmes de santé (dengue, tuberculose, sargasses…). La lutte contre le chikungunya aura également mobilisé la capacité des deux territoires à mener des actions concertées et en avril 2014, Saint-Martin et Sint Maarten signaient une déclaration d’intention dans ce cadre. Dans le domaine des soins hospitaliers, l’arrangement administratif signé à Paris en avril 2013 entre la France et les Pays-Bas a été relayé localement entre les îles françaises et néerlandaises. Enfin le 24 mars 2014, une lettre d’intention pour la coopération transfrontalière a été signée entre les hôpitaux de Saint-Martin et Sint Maarten.

 

1 agence de santé, 3 territoires

L’agence régionale de santé Guadeloupe, Saint-Martin et Saint-Barthélemy est divisée en trois territoires : le territoire centre, le territoire sud Basse-Terre, le territoire îles du Nord. Une à deux fois par an, lorsque les actions de l’ARS le nécessitent, une conférence de territoire réunit les partenaires impliqués dans tel ou tel projet. La prochaine conférence de territoire pour les îles du Nord devrait ainsi se dérouler fin mai, afin de présenter le programme d’actions pour le Contrat local de santé et pour pour le Plan santé jeunes.


Zoom sur l’avenir

Si Saint-Barthélemy a inauguré son EHPAD en décembre 2014, Saint-Martin a encore du chemin à parcourir pour rattraper le retard quant à l’offre en matière d’accompagnement médico-social. Compte tenu des besoins criants du territoire, la création d’un pôle médico-social pour les îles du Nord pourrait néanmoins sortir des tiroirs: « si les moyens financiers le permettent dans la mesure du possible cette politique d’amélioration quantitative et qualitative de l’offre médico-sociale sera poursuivre durant la période 2015-2018 » indique l’Agence régionale de santé.  
Quant aux problématiques de santé spécifiques à la jeunesse, la proportion de cette population étant ici supérieure à celle de la Guadeloupe, un Plan Santé Jeunes (2014 – 2017) a été élaboré pour Saint-Martin et va ouvrir la voie à des actions directement orientées vers ce public : institution d’un « espace santé jeunes », d’un « passeport santé jeunes », actions d’information et de sensibilisation (sexualité, addictions, couverture vaccinale etc.

 

Commenter avec Facebook

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.