Temps de lecture estimé : 3 minutes

Dans le cadre d’un projet de réhabilitation du site, les baraquements situés entre le Kontiki et le Club Orient vont bientôt être démolis, un avis de marché ayant été publié en ce sens.

La Collectivité l’avait annoncé quelques jours après le cyclone Gonzalo : la parcelle AW34 va être rasée pour faire place à un nouveau pôle touristique bien plus attractif. L’organisation anarchique du site et l’état de délabrement de certaines bicoques, auxquelles le cyclone a donné un coup fatal, avaient contraint la Collectivité à enfin sortir de ses tiroirs ce projet de ravalement inscrit depuis deux ans dans ses orientations budgétaires, ainsi qu’elle l’avait annoncé dès le mois de novembre. Donc, acte. La semaine dernière un avis de marché a été publié par la Semsamar, qui chapeaute ce projet de réhabilitation pour la Collectivité. Il s’agit des « travaux de démolition pour la reconstruction de carbets en vue de l’aménagement de la parcelle AW34 de la Baie Orientale ». Interrogé, le président de la Semsamar Wendel Cocks nous précise que « la démolition pourrait intervenir à partir du 15 juin ». Il ajoute également que les exploitants recevront « un courrier leur demandant de mettre le lieu à disposition de la Collectivité au moins 15 jours avant ». Le président de la Sem confirme aussi que le calendrier annoncé en novembre dernier est toujours d’actualité : réaliser les travaux cet été, en basse-saison, avant de pouvoir rendre le site opérationnel à l’entrée de la saison prochaine. A noter que les exploitants de la parcelle AW34 avaient été informés dès novembre 2014 de ces travaux. Il leur avait alors été demandé d’assurer cette saison sans engager de gros travaux, en vue de la démolition.
Quant au projet architectural, il devrait être prochainement présenté au Conseil de quartier. Pour mémoire, la Collectivité avait annoncé il y a quelques mois qu’il s’agissait de créer « un nouvel ensemble cohérent tout en conservant l’esprit créole contemporain  de cette partie de la baie orientale ». Les esquisses du projet envisageaient alors la construction de « structures légères déclinées en quatre modules » et comportant chacune « deux restaurants et une boutique ». Sont aussi programmés l’installation d’un marché touristique, une promenade longeant la parcelle, un parking de 80 places et la réfection de la route pour y accéder.


Perte sèche pour les commerçants

Les exploitants de la parcelle AW34 devront composer avec un arrêt de leur activité le temps des travaux. Pour Olivier, co-gérant du restaurant Orange Fever qui exerce avec une AOT courant jusqu’en 2017, c’est à double tranchant. Le restaurateur sait bien que « ces contrats d’AOT offrent simplement une jouissance, ils sont clairs et précis ». Et affirme ne « pas se plaindre de la façon dont c’est géré ». Il n’aura donc pas d’autre choix que de quitter les lieux lorsqu’il y sera invité. « C’est un coup dur car cela va supposer une perte sèche » s’inquiète t-il. Néanmoins Olivier reconnaît que le projet est alléchant : « je le trouve bien, il va apporter une certaine plus-value au site ». Seule inquiétude : le prix des AOT. « J’aimerais que l’on ne passe pas du coq à l’âne et que le tarif reste raisonnable ». Et de souhaiter que les responsables de la Collectivité « ne mettent pas le couteau sous la gorge à des commerçants qui auront déjà subi 4 mois de perte, un cyclone destructeur et une pollution récurrente due aux sargasses ». Aucune indemnité compensatoire n’est en effet prévue pour les occupants de la parcelle AW34, du moins pour ceux qui étaient en règle (titulaires d’une AOT).

Commenter avec Facebook

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.