Temps de lecture estimé : 4 minutes

Enseignante et très attachée à la tradition orale de la Caraïbe, Joselyne Arnell publie son premier ouvrage, « Ignatio and the Mysterious Egg ». 

 

 

C’est un projet qui a duré à peu près une année », indique Joselyne Arnell avant de nous raconter l’histoire d’un jeune iguane, Ignatio, qui découvre un œuf pendant une promenade – découverte qui va transformer sa vie. Tout au long de sa quête, le petit iguane rencontre d’autres animaux qui, petit à petit, vont lui apprendre des tas de choses. Destiné aux jeunes enfants et écrit en anglais, « Ignatio and the Mysterious Egg » (ou Ignatio et l’œuf mystérieux) plaît à la fois pour son histoire et pour ses dessins très colorés. « J’ai déjà des retours de parents et d’enseignants qui l’ont utilisé et qui me disent que les enfants l’apprécient beaucoup, notamment grâce aux structures répétitives du livre », explique Mme Arnell. Elle précise aussi que lorsqu’elle a écrit ce livre, ce sont les enfants, les parents et les enseignants qu’elle avait en tête. Car ces derniers peuvent se livrer à de nombreuses activités pédagogiques autour du langage en utilisant « Ignatio ». « J’ai essayé d’utiliser un lexique riche et varié, je ne suis pas restée au langage et j’ai utilisé des structures complexes », ajoute l’enseignante-écrivaine. L’ouvrage est donc adapté aux jeunes enfants, mais aussi à ceux qui sont en âge de lire seuls. Et le livre est également à « visée pédagogique » puisque l’on y découvre une leçon de morale au début lorsque le petit iguane découvre l’œuf et décide d’emblée de le restituer à son véritable propriétaire. Enfin, c’est aussi un hommage à la végétation luxuriante des Caraïbes puisque l’histoire s’y déroule… Le livre est illustré par Milkaya Laijah, sa fille, qui est styliste de mode à Paris. « A travers ses illustrations, elle raconte son histoire à elle. Je lui ai laissé cette liberté », précise Joselyne Arnell.

DANS LA LIGNÉE DE LA TRADITION ORALE

« L’envie d’écrire et de raconter des histoires me vient de mon grand-père qui est né 50 ans après l’abolition de l’esclavage. Il a amené avec lui cette tradition du griot africain, du conteur. Tous les soirs de pleine lune, il nous racontait des histoires », indique Joselyne Arnell. Dans ces histoires, le grand-père utilisait des événements de la journée et transformait ces expériences personnelles en leçons d’apprentissage. « On se retrouvait à travers ces histoires. Elles nous permettaient de grandir et d’apprendre des choses », poursuit-elle, avant d’ajouter qu’elle avait hérité de cette tradition et voulu transmettre le goût d’apprendre et de découvrir à travers les histoires. Et si l’ouvrage est écrit en anglais alors que Joselyne Arnell écrit aussi en français, c’est parce qu’elle a voulu écrire pour sa petite fille et que l’anglais est la langue dans laquelle elle s’exprime avec ses enfants, avec son entourage. « Il était donc naturel pour moi de me tourner vers l’anglais et c’est aussi la richesse de Saint-Martin de pouvoir choisir sa langue d’expression », dit-elle. Mais d’autres textes suivront, certains en français, et « Ignatio » sera peut-être même traduit en français puisque enseignants et parents le demandent déjà. Et quand on lui demande ce qu’il faut pour concevoir un livre comme « Ignatio », Joselyne Arnell déclare : « beaucoup de travail et d’ouverture. Mais le plus important, c’est de regarder le monde avec les yeux d’un enfant. Il faut s’émerveiller sur les petites choses de la vie et imaginer, par exemple, ce que peut être la vie d’un iguane… ».

« Ignatio and the Mysterious Egg » est disponible sur Internet et sera en vente dans les librairies des deux parties de l’île dès la semaine prochaine. L’auteure organisera également des séances de dédicace et sera présente au salon du livre de Saint-Martin en juin prochain.

Commenter avec Facebook

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.