Temps de lecture estimé : 2 minutes

Après une expérimentation menée dans trois régions, Pôle Emploi a tranché. Les équipes de contrôle vont être généralisées à compter du mois d’août afin de s’assurer que les demandeurs d’emploi sont bien actifs dans leur recherche.

Mercredi dernier, le conseil d’administration de Pôle Emploi a acté la généralisation du contrôle des demandeurs d’emploi, après une expérimentation menée dans trois régions. Entre août et octobre 2015, quelque 200 agents vont mener à bien cette mission sur tout le territoire national afin de vérifier que les chômeurs inscrits à Pôle Emploi sont bien actifs dans leur recherche. Si le contrôle des demandeurs d’emploi existe déjà aujourd’hui, puisque ces derniers sont tenus de rendre compte de leurs recherches, il est assuré par les mêmes agents qui sont chargés de l’accompagnement. La nouveauté du dispositif consiste donc à séparer les volets contrôle et accompagnement. Pôle Emploi a stipulé cependant qu’aucun objectif de radiation n’a été déterminé. Lorsqu’un chômeur sera présumé passif dans sa recherche, il recevra un questionnaire et un appel. Il pourrait ensuite devoir rencontrer le contrôleur si des doutes persistent sur sa situation. Le cas échéant, le demandeur d’emploi pourra risquer la radiation. Lui restera un recours possible auprès du directeur de l’agence Pôle Emploi où il est inscrit, ou devant le tribunal administratif. En 2013, les radiations pour «insuffisance de recherche d’emploi » restaient marginales, soit 2,5 % des radiations totales. Pôle Emploi a beau être confronté à un afflux historique du nombre de demandeurs d’emploi, soit 5,6 millions à fin mars, le ministre du Travail François Rebsamen se défend de vouloir modifier les chiffres du chômage : « l’objectif est d’empêcher les demandeurs d’emploi de s’enkyster dans le chômage de longue durée ».

Commenter avec Facebook

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.