Temps de lecture estimé : 4 minutes

Mardi soir toutes les forces vives se pressaient en préfecture pour saluer Philippe Chopin, muté dans la Creuze. Bons mots et hommages se sont succédé envers ce préfet délégué qui avait été nommé dans les îles du Nord en décembre 2011.

Je ne mérite pas cet honneur ». Mardi soir, Philippe Chopin n’en revenait manifestement pas de recevoir le florilège d’hommages qui a précédé son départ : il quitte ses fonctions cette semaine après trois ans et demi à la préfecture des îles du Nord. Ce préfet là laissera visiblement de bons souvenirs si l’on en croit les interventions de ceux qui auront été ses principaux interlocuteurs durant toute sa mission : « mon dévoué préfet nous quitte » disait Aline Hanson. Le représentant de l’Etat lui lègue en effet quelques réalisations ambitieuses financées par l’Etat et les fonds européens : médiathèque, cité scolaire, réservoir d’eau potable à Spring, abattoir… Celui que le préfet de Région, Jacques Billant, a qualifié de « serviteur exemplaire de l’Etat », n’aura en effet cessé de vouloir montrer aux Saint-Martinois que l’Etat était bien représenté à Saint-Martin, n’hésitant pas à défendre les dossiers pour améliorer la marge de manœuvre du territoire : obtention d’un programme opérationnel de coopération transfrontalière, de l’autorité de gestion des fonds européens pour la période 2014-2020, protocole financier avec l’AFD pour accompagner financièrement la Collectivité…
En matière de sécurité, Philippe Chopin avait notamment choisi la voie de la coopération, impulsant des contrôles frontaliers conjoints entre Saint-Martin et Sint Maarten où il se rendait en pleine nuit pour observer le dispositif. Afin d’améliorer la prévention de la délinquance, il aura défendu une augmentation des crédits alloués à la politique de la ville. Mardi soir M. Chopin a également tenu à saluer « une gendarmerie très réactive », même si ce cocktail de départ n’a pas été l’occasion de tirer un bilan de la délinquance, sujet sur lequel le préfet avait pourtant manifesté son inquiétude en début d’année.
Les autorités de Sint Maarten ont elles évoqué le rôle clef de Philippe Chopin dans le développement de la coopération : « je le remercie pour son leadership » soulignait le Premier ministre Marcel Gumbs, quand le gouverneur admettait que le préfet avait rendu « plus fluides les relations entre les deux côtés de l’île ».

L’HOMME DU CONSENSUS

Philippe Chopin aura visiblement marqué les esprits par son sens du consensus, son accessibilité et la proximité entretenue avec la vie associative, sportive et culturelle. « J’ai apprécié la rigueur, la réactivité, la loyauté de M. Chopin » disait mardi Aline Hanson, saluant « sa présence indéfectible sur le terrain ». Effectivement Philippe Chopin se rendait volontiers sur tous les événements de la vie locale, des Mardis de Grand-Case aux courses cyclistes : « un des vecteurs de l’intégration c’est d’aller dans tous les endroits et j’ai essayé d’être un homme de terrain ». Le préfet de Région Jacques Billant a d’ailleurs reconnu le « formidable investissement personnel » de Philippe Chopin.
Ce dernier regrettera visiblement un territoire « où les gens savent vivre ensemble », expérience ultramarine qui lui laissera un souvenir ému : « le sourire des Saint-Martinois restera dans mon cœur ». M. Chopin a également tenu à saluer les interlocuteurs « concernés et passionnés » qui l’ont accompagné durant son magistère, citant les élus mais aussi l’ensemble des socio-professionnels.  

Honorant le travail de son équipe, Philippe Chopin a néanmoins formulé quelques regrets : « je pense à tout ce que j’aurais pu faire ». Voulant montrer son investissement pour le territoire jusqu’à la dernière minute, il n’a pas manqué de faire une ultime annonce pour Saint-Martin : avec la complicité du préfet de Région Jacques Billant, notre territoire ne figurera plus dans les « questions diverses » des conférences administratives régionales de Guadeloupe. Des sections seront désormais totalement consacrées à Saint-Martin.   


Anne Laubiès prend ses fonctions lundi

Anne Laubiès a été nommée préfète déléguée auprès du représentant de l’Etat dans les collectivités de Saint-Barthélemy et de Saint-Martin le 21 mai dernier. Elle prendra officiellement ses fonctions ce lundi 8 juin avec, comme le veut le protocole, un dépôt de gerbe au Monument aux Morts. Anne Laubiès se présentera ensuite à la presse ce même lundi à 14 heures. La préfète se rendra à Saint-Barthélemy mardi. Anne Laubiès arrive du Pas-de-Calais où elle avait été nommée en 2013 secrétaire générale de la préfecture et sous-préfète de l’arrondissement d’Arras. Elle a déjà éprouvé les territoires d’Outre-mer entre décembre 2009 et juillet 2013, en Guyane, où elle fut secrétaire générale de la préfecture de Région.

Commenter avec Facebook

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.