Temps de lecture estimé : 2 minutes
Le Conseil économique, social et culturel (CESC) s’intéresse à la restauration et à la mise en valeur des « stone walls », ces murets en pierre qui constituent un élément important du patrimoine saint-martinois. Une étude a été lancée dans ce sens.

Les murets en pierre ou « stone walls » jalonnent les mornes de Saint-Martin et pour certains, les bordures des routes. Même s’ils sont parfois enfouis sous la végétation, ils constituent un élément clef du paysage insulaire. A quelle époque ont-ils commencé à être construits ? Et dans quel but ? Ces questions, les membres du Conseil économique, social et culturel (CESC) aimeraient bien y répondre. « C’est un élément important de notre héritage historique » indique le président du CESC, Georges Gumbs, qui a décidé de relancer il y a deux mois, une étude pour établir un état des lieux de ce patrimoine et offrir quelques préconisations pour sa sauvegarde.
 
VULNÉRABLES
 
Car ces « stone walls » sont exposés non seulement à l’usage du temps qui passe, mais aussi aux actes de malveillance. En effet, il n’est pas rare que certains murets soient amputés par des personnes malveillantes voyant là l’occasion de se fournir gratuitement pour leurs travaux… « C’est un patrimoine qui s’en va » regrettait à ce titre Dorvan Cocks lors de la dernière réunion du CESC. Au fil du temps ces murets pourraient donc disparaître définitivement du paysage si personne ne s’en préoccupe. L’étude du CESC, lorsqu’elle sera finalisée « sera présentée à la présidente de la Collectivité » indique Georges Gumbs. Il appartiendra ensuite aux élus de se saisir de ce dossier, s’ils le souhaitent. L’ambition pour le CESC, c’est de « valoriser ce patrimoine ». Il estime en effet qu’outre leur dimension historique et culturelle, ces murets une fois restaurés et mis en valeur peuvent contribuer à « l’attraction touristique des sites » et à « l’embellissement du cadre de vie ». Selon les membres du CESC, les « stone walls » pourraient en outre devenir un support pédagogique intéressant pour approfondir la connaissance des écoliers sur le patrimoine local.

Commenter avec Facebook

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.