Depuis une douzaine d’années, Mary-Clair Longue tape régulièrement la balle à la Porte d’Auteuil. A 74 ans, elle s’apprête à y jouer son dernier championnat de France.

Personnage haut en couleur et débordant d’énergie, Mary-Clair Longue aurait bien voulu continuer de participer à ce rendez-vous annuel national. « Les hommes eux peuvent aller au-delà de 75 ans mais pas les femmes », regrette la joueuse saint-martinoise. « Après pour les femmes, il existe un challenge mais uniquement sur sélection. » Avec un classement qui oscille entre 15/5 et 30, Mary-Clair sait donc que ces championnats de France seront ses derniers. La « jeune fille » n’a cependant pas l’intention de mettre sa raquette au placard.
Un peu avant mais surtout après les championnats de France, qui débuteront le 30 juin à Roland Garros, Mary-Clair Longue a d’ores et déjà programmé d’écumer les tournois ITF aux quatre coins de la France. La Baule, Cognac, Bordeaux, Royan, Périgueux, Avignon, Antibes… Un véritable road trip de 4500km attend notre amie des courts. « Tout ça avec ma voiture », souligne l’infatigable joueuse dont la tournée estivale s’achèvera en octobre, en Croatie, avec les championnats du monde.

Désagréable Lenglen
Comme le veut la tradition, les championnats de France ont lieu chaque année à Roland Garros. Si les rencontres se déroulent sur des courts voisins et plus modestes que le Central et le numéro 1, il arrive fréquemment que les joueurs s’entrainent sur le Suzanne-Lenglen. Mary-Clair Longue n’est pas très friande de ce terrain, certes prestigieux mais peu pratique. « On n’y joue pas mais on s’y entraîne. Les balles tombent souvent dans les cavités où se placent les caméras de télévision, en fond de court. C’est désagréable ! »
Commenter avec Facebook

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.