Temps de lecture estimé : 2 minutes
Sylvain Jouault va bientôt abandonner la chaleur des tropiques pour la fraîcheur de la Haute-Normandie. Le second du commandant Paul Betaille revient sur une expérience saint-martinoise dont il conservera visiblement de bons souvenirs.  

Les chaises tournent en ce mois de juin à la caserne de la Savane. Une semaine avant le chef d’escadron Paul Betaille, c’est le capitaine Sylvain Jouault qui a fait ses adieux officiels lundi soir au Beach Plaza, où son action était saluée par les autorités du territoire. Une action dans laquelle il a mis toute son énergie et qu’il avait souhaité faire perdurer deux ans de plus. Affecté pour trois ans à Saint-Martin, Sylvain Jouault est finalement resté cinq années, trouvant ici la source d’un épanouissement personnel et professionnel: « j’avais demandé à être prolongé car j’étais vraiment satisfait de ma vie à Saint-Martin » nous confie t-il. Et cette expérience ultramarine devrait marquer sa carrière dans la gendarmerie : « ici la délinquance présente des caractéristiques hors norme ». Un terrain délicat nécessitant des moyens importants, « être confronté à ce type de dispositif a été une grande satisfaction professionnelle » avoue l’officier.
D’ailleurs, le capitaine Jouault gardera en mémoire certains événements qu’il dit avoir vécu « intensément » : « la fusillade du Fish day, le crash de la TAI sur lequel la gendarmerie a déployé un gros dispositif d’experts, ou encore le braquage de la bijouterie Goldfinger ». S’il ne se trouvait pas sur l’île lors de ce vol à main armée spectaculaire dans Marigot, il admet que la violence avait là « franchi un cap ».
 
UNE VIE AGRÉABLE
 
Sylvain Jouault a en outre trouvé sur ce territoire « un état d’esprit intéressant », souhaitant rendre hommage à une population « accueillante », et ravi d’avoir découvert « toute une culture ». L’exiguïté du territoire et la grande proximité sociale lui ont en effet donné « la possibilité de travailler avec la population » ce qui « facilite le renseignement ». Des relations personnelles et professionnelles qui lui laisseront un très bon souvenir et, de l’avis de l’intéressé, de quoi motiver plus tard d’autres demandes d’affectation en Outre-mer. L’équipe du Saint-Martin’s Week souhaite une belle nouvelle vie à Sylvain Jouault, sa compagne Laëtitia et leur petit Lucien.
Commenter avec Facebook

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.