Temps de lecture estimé : 3 minutes
Les mornes de Cul-de-Sac qui sont partis en fumée dans la nuit de mardi à mercredi sont toujours placés sous haute surveillance par les sapeurs-pompiers. Une reprise de feu a en effet été repérée jeudi matin.

Le déficit pluviométrique qui sévit assèche une végétation susceptible de s’embraser comme de la paille à la moindre étincelle. Depuis quelques mois les départs de feu sont monnaie courante mais l’incendie qui s’est déclaré cette semaine à Cul-de-Sac est un exemple éloquent du risque encouru par la population.
Il est 21 heures mardi, lorsque l’incendie se déclare à l’écosite de Grandes Cayes avant de se propager rapidement, attisé par le vent d’Est, vers la route de l’Anse Marcel et le secteur d’Horizon Pinel à Cul-de-Sac peuplé de nombreuses habitations. Un groupe de sept sapeurs-pompiers du SDIS sont intervenus avec trois engins mais pas avant minuit. La cause de ce délai de trois heures : un réseau de téléphonie dysfonctionnel : « nous avons été alertés vers minuit » indique le major Brizard. Le directeur de l’écosite, Jean-Pierre Tey, nous confirme également que la situation n’a été connue que trop tardivement : « le gardien n’avait pas de réseau et le temps que je sois prévenu, l’incendie était déjà important ».
 
DE GROS MOYENS
 
La journée de mercredi a donc débuté sous haute tension. Malgré les efforts des sapeurs-pompiers qui ont lutté contre le feu toute la nuit, ce dernier n’avait toujours pas été éteint au lever du jour. « Mercredi vers midi, le feu s’est dirigé vers les habitations de Cul-de-Sac et nous avons dû changer le dispositif » témoigne le major Brizard. Certains résidents ont dû évacuer leur maison par mesure de sécurité. Des effectifs de la gendarmerie et de la police territoriale ont également été mobilisés pour réguler la circulation. La préfète Anne Laubies a elle sollicité des renforts de Sint Maarten pour prêter main forte aux hommes du SDIS : 13 hommes ont traversé la frontière avec trois engins.
 
GARE AUX REPRISES
 
A 16 heures, la situation était finalement sous contrôle et les renforts de Guadeloupe, qui se préparaient à arriver, n’ont finalement pas eu besoin d’être mobilisés. Mais ce jeudi matin à 6h45, une reprise de feu a été identifiée, juste en face du collège Soualiga. « Nous avons dû intervenir à nouveau » indique le major des sapeurs-pompiers. Le vent et la sécheresse font de ce site un potentiel brasier que les secours vont sérieusement surveiller ces jours-ci. Les sapeurs-pompiers restent en alerte car une nouvelle reprise de feu n’est pas exclue.

Une coopération appréciée
 
La présidente Aline Hanson et le 1er vice-président Guillaume Arnell, en charge du développement durable, tiennent à remercier publiquement les autorités de Sint Maarten, en particulier le premier ministre Marcel Gumbs, pour l’aide octroyée à la partie française dans la lutte contre l’incendie qui s’est déclaré le 16 juin au soir à l’écosite de Grandes Cayes, et qui s’est propagé sur le mont Red Rock, ravageant une quinzaine d’hectares. La Collectivité de Saint-Martin remercie également les sapeurs-pompiers de Sint Maarten. « Présent sur les lieux du feu mercredi le vice-président Arnell a pu mesurer l’importance de la coopération Nord-Sud et l’excellent travail réalisé par les sapeurs pompiers des deux parties de l’île, qui ont mobilisé une vingtaine d’hommes et 6 engins incendie pour venir à bout des flammes » indique la communication de la Collectivité. Une solidarité fortement appréciée.
La Collectivité tient en outre à appeler la population à faire preuve de vigilance compte tenu de la sécheresse. A ce titre, l’écobuage est strictement interdit sur le territoire.
Commenter avec Facebook

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.