Temps de lecture estimé : 3 minutes
Mardi matin, les forces armées françaises et hollandaises ont participé à un exercice d’assistance à une population sinistrée suite à une catastrophe naturelle.

Présentes à Saint-Martin et Sint Maarten dans le cadre d’un entraînement opérationnel d’intervention des moyens civils et militaires suite à une catastrophe naturelle (HUREX), près de 60 soldats des forces armées françaises et hollandaises étaient réunis ce mardi sur le site de la Belle Créole pour l’ultime phase de cette opération : l’exercice d’assistance à la population en grandeur nature. Dans cette « répétition générale », les troupes néerlandaises devaient intervenir pour évacuer un plastron de militaires français qui tenait le rôle de la population civile.
Il est presque 8 heures quand les soldats néerlandais débarquent sur la plage de la Belle Créole. Sans perdre un instant, ils se dirigent vers les lieux de la catastrophe et découvrent un décor de fin du monde. Au pied du bâtiment en ruine et dans les étages gisent de nombreuses victimes parfois dans un état inconscient. Certaines d’entre-elles ont une jambe cassée, d’autres ont été blessées par des morceaux de verres. Il y en a aussi qui errent en état de choc à la recherche de leur famille.
Aussitôt les secours se mettent en place. Les premières victimes sont prises en charge par les unités de soin tandis que le reste des militaires ratisse la zone sinistrée pour porter assistance à d’éventuelles personnes oubliées. En moins de 90 minutes, tous les civils sont évacués vers la plage où attendent des FRISC (Fast Raiding Interception and Special forces Craft), des embarcations semi-rigides de l’armée hollandaise, qui les conduisent rapidement jusqu’au Pelikaan, un bâtiment de soutien du royaume des Pays-Bas resté au mouillage dans la baie Nettlé.
 
SAINT-MARTIN ET SINT MAARTEN ONT ÉCHAPPÉ AU PIRE
 
Une fois montées à son bord, les victimes continuent d’être soignées avant d’être finalement débarquées à Philipsburg, aux alentours de 11 heures, où des véhicules de l’armée française les évacuent avec diligence vers les hôpitaux les plus proches. Le bilan des blessés est lourd mais fort heureusement ce scénario catastrophe n’était qu’un exercice. Saint-Martin et Sint Maarten ont échappé au pire. Avec la saison cyclonique qui vient de commencer, et face au risque sismique et de tsunami, il est important de se tenir prêt à toutes les éventualités. Il est au moins rassurant de savoir que les forces de souveraineté françaises et hollandaises peuvent intervenir rapidement et efficacement en cas de catastrophe naturelle.


Un « entraînement perpétuel » mais inédit à Saint-Martin
 
HUREX, contraction des mots anglais hurricane et exercise, est un exercice de coopération régulier entre les forces armées françaises et hollandaises dans la Caraïbe. Généralement effectué à Curaçao, il s’agissait donc du premier HUREX à Saint-Martin et Sint Maarten. « C’est un entraînement perpétuel des forces françaises et hollandaises pour être toujours prêtes à intervenir au secours de la population », explique l’enseigne de vaisseau de 1ère classe Marine Monjardé, des forces armées aux Antilles. HUREX a également son équivalent franco-français. « Pour les forces armées aux Antilles, on a en parallèle un exercice qui se passe en Martinique ce mardi et qui s’appelle : CYCLONEX. »
Commenter avec Facebook

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.