Temps de lecture estimé : 2 minutes
A compter du 1er juillet 2015, les Colombiens n’auront plus besoin de visa pour voyager à Sint Maarten. Une décision que les autorités du côté hollandais justifient par des considérations touristiques.

Sint Maarten a annoncé mi-juin durcir sa politique d’immigration en limitant à 30 jours la durée de séjour pour certains étrangers. Parallèlement, elle ouvre ses portes aux ressortissants de la Colombie ainsi que l’annonçaient les autorités en mai dernier. A compter du 1er juillet 2015, les Colombiens souhaitant se rendre à Sint Maarten et à Curaçao seront exemptés de visa. Un accord passé entre les Pays-Bas, Curaçao, Aruba et Sint Maarten au mois de mai prévoit en effet cette nouvelle disposition, annoncée comme étant une harmonisation vis-à-vis des décisions prises par l’Union Européenne pour la circulation dans l’espace Schengen. Le 10 juin dernier, l’UE a en effet ratifié la fin de l’obligation de visas pour les ressortissants colombiens et péruviens dans l’espace Schengen grâce à des accords bilatéraux passés avec ces deux pays d’Amérique Latine. Cet accord entrera en vigueur en octobre 2015.
 
UNE JUSTIFICATION ÉCONOMIQUE
 
Selon le Premier ministre Marcel Gumbs, cette décision se justifie par des raisons économiques et touristiques, faciliter la venue des Colombiens devant favoriser l’attractivité de la destination Sint Maarten. Marcel Gumbs mise ainsi sur « le nombre de Colombiens qui voyagent » et « le développement économique dynamique de ce pays » qui a contribué à « une amélioration des relations commerciales avec les Antilles néerlandaises », rapporte le Daily Herald. Le Premier ministre est également persuadé qu’avec les liaisons aériennes directes entre le Panama et Sint Maarten proposées par la compagnie Copa Airlines, « les Colombiens peuvent y voir un intérêt à faire des voyages touristiques ». L’exemption de visa pour les Colombiens a été adoptée à l’unanimité par le conseil des ministres de Sint Maarten. D’autres pays pouvant bénéficier des mêmes avantages seraient à l’étude.
Pour autant, les voyageurs colombiens seraient encore très minoritaires sur l’île, puisque selon un professionnel de l’hôtellerie ils représenteraient quelque 3% de la population touristique locale. Un marché peu important comparé aux Argentins et autres Brésiliens. A moins que l’exemption de visas soit motivée par d’autres raisons économiques ?
Voilà qui relance néanmoins le débat sur la diversification de la clientèle touristique, freinée par l’obtention difficile mais obligatoire des visas pour les courts séjours.
Commenter avec Facebook

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.