Temps de lecture estimé : 3 minutes
Le 2 juillet dernier, les forces de l’ordre interceptaient un trafic de cocaïne dans la baie de Marigot (notre édition du 7 juillet).
 
 

La drogue saisie par la gendarmerie de Saint-Martin a donc récemment fait l’objet d’une opération de destruction par incinération, sous escorte armée de l’escadron de gendarmerie de Maisons-Alfort et du PSIG de Saint-Martin. A noter que l’enquête relative au trafic de stupéfiants, mis en évidence par cette saisie et les interpellations ayant eu lieu concomitamment, se poursuit dans le cadre d’une commission rogatoire délivrée par la juridiction inter-régionale spécialisée (JIRS) de Martinique. L’office central de répression du trafic illicite de stupéfiants (OCRTIS) et la gendarmerie nationale sont co-saisis par la JIRS pour mener cette enquête.
 

OPÉRATION ANTI-DROGUE À GRAND-CASE
 
Dans la soirée du samedi 11 juillet, trois patrouilles de l’escadron de gendarmerie mobile de Maisons-Alfort et une patrouille du PSIG de Saint-Martin ont effectué une opération de lutte contre les stupéfiants à Grand-Case. Trois jeunes majeurs ont été interpellés en possession de 4 grammes de cocaïne, d’un sachet contenant 10 exctasy et d’une petite quantité d’herbe de cannabis. La gendarmerie observe la présence de plus en plus fréquente de drogues de synthèse sur le territoire de Saint-Martin et entend rappeler que « la consommation de ce type de produits est susceptible d’entraîner la mort ».
 

TRAFIC D’ÊTRES HUMAINS À SINT MAARTEN
 
Le bureau du procureur a ouvert une enquête pour trafic d’êtres humains dans le cadre d’immigration clandestine. 18 personnes ont été interpellées, transitant par Sint Maarten et en route pour les îles Vierges américaines. L’enquête a permis de retrouver de l’argent, des documents et des téléphones qui ont été confisqués. Douze des personnes arrêtées ont été transférées au service de l’immigration où elles sont actuellement placées en détention. Six autres personnes ont été placées en détention préventive. “Cette enquête sans précédent a mobilisé des compétences multidisciplinaires” indique le rapport de la Police Force of Sint Maarten (KPSM) qui chapeaute le dispositif
 

PHILIPSBURG: COUP DE COUTEAU «EN LÉGITIME DÉFENSE»
 
Mercredi la police de Sint Maarten a interpellé une femme de 32 ans qui aurait infligé quatre coups de couteau à la petite amie du père de son enfant. Placée en garde à vue, la suspecte aurait déclaré avoir poignardé la victime “en légitime défense, après avoir été attaquée en premier”. Malgré les quatre coups de couteau portés à son avant-bras droit, les jours de la victime ne sont pas en danger.
Commenter avec Facebook

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.