Temps de lecture estimé : 6 minutes
Vendredi dernier le contrat cadre de la politique de la Ville 2015 – 2020 était signé entre la présidente de la Collectivité et la préfète. L’essentiel des fonds sont désormais fléchés sur Sandy Ground et Quartier d’Orléans.

Désormais les crédits politique de la Ville seront ciblés sur deux secteurs du territoire : Sandy Ground et Quartier d’Orléans. Le contrat de Ville nouvelle génération, issu de la loi de programmation pour la ville et la cohésion sociale du 21 février 2014, a en effet défini une nouvelle géographie prioritaire, souhaitée par le gouvernement afin de concentrer les efforts sur les quartiers pauvres. Vendredi dernier, une étape clef du nouveau contrat de Ville était donc franchie avec la signature du contrat cadre, étape préalable qui fixe les grandes orientations avant que les objectifs opérationnels ne soient définis dans le contrat de Ville proprement dit, finalisé en octobre prochain. En préfecture, Aline Hanson et Anne Laubies ont donc tour à tour paraphé ce premier document, qui engage Saint-Martin dans la démarche de politique de la Ville. « Nous saluons l’engagement de l’Etat aux côtés de la Collectivité » soulignait la présidente. Ce contrat de Ville nouvelle génération prévoit en effet un apport de 250.000 € sur 2015, issus des crédits du ministère de la Ville, soit 9.000 € de plus que l’année dernière. La Collectivité a quant à elle prévu d’engager 150.000 €. Au total ce sont donc 400.000 € qui ont été fléchés sur Sandy Ground et Quartier d’Orléans cette année, une partie ayant déjà été allouée. Les enveloppes financières seront renégociées chaque année auprès du ministère de la Ville. A noter que le contrat de Ville regroupe désormais tous les crédits auparavant alloués dans le cadre du CUCS, du programme Ville Vie Vacances, et du plan de réussite éducative. En outre « les crédits politique de la Ville doivent avoir un effet levier » précisait la préfète. Les crédits de droit commun issus d’autres ministères peuvent en effet être alloués en complément.
 
COHÉSION SOCIALE, CADRE DE VIE, EMPLOI
 
C’est le décret n° 2014-1751 du 30 décembre 2014 qui fixe la liste des quartiers prioritaires de la politique de la Ville dans les départements d’Outre-mer. A Saint-Martin, Sandy Ground et Quartier sont donc entrés dans la géographie prioritaire sur la base de plusieurs paramètres : nombre de chômeurs de 15 à 64 ans, nombre de jeunes inactifs non scolarisés dans la population des 18 à 25 ans, proportion des non-diplômés dans la population des plus de 15 ans, nombre de logements insalubres, proportion des logements surpeuplés.
 « Tout Saint-Martin devrait être une zone prioritaire » ironisait vendredi Aline Hanson, se félicitant toutefois que « les enjeux définis correspondent aux spécificités du territoire ». Il fallait cependant répondre aux objectifs du gouvernement : « les quartiers prioritaires ont donc été fléchés et les crédits seront moins dilués que par le passé » expliquait la préfète Mme Laubies, rappelant que « l’enjeu fondamental de la politique de la Ville est la question de l’accès à l’emploi ». Les services de la Collectivité et de la préfecture se sont donc mobilisés sur la réalisation d’un diagnostic, étape préalable au plan d’action de la politique de la Ville. Avec la collaboration du cabinet Urbis, un état des lieux précis des deux quartiers jugés prioritaires a donc été dressé. Au mois de mai, des ateliers de travail s’étaient d’ailleurs déroulés entre techniciens de la préfecture et de la COM, afin de cibler les problématiques dans les cinq thématiques choisies : la réussite éducative, le logement, la prévention de la délinquance, l’accompagnement social et la santé. Des visites de terrain, à la rencontre des acteurs des quartiers, ont également été menées. Le diagnostic ainsi établi qui a donné lieu au contrat cadre signé vendredi, définit les trois grands axes d’intervention sur lesquels les projets politique de la Ville devront agir : cohésion sociale (réussite éducative, aide à la parentalité, accès au droit, à la culture, au sport et à la santé, citoyenneté), cadre de vie / renouvellement urbain (embellissement des quartiers, sécurité, activités en lien avec les équipements, relogement), développement économique (emploi, insertion sociale et professionnelle, création d’activités économiques).
A noter que le contrat de Ville prévoit une clause de revoyure : d’ici trois ans, un bilan peut permettre de corriger le tir si un autre secteur de Saint-Martin est amené à se dégrader. Par ailleurs, d’autres quartiers peuvent également bénéficier du contrat de Ville, par exemple lorsque les projets impliquent des habitants issus des deux quartiers prioritaires.
 
 
 
10 000 habitants concernés
Avec ses 4.900 habitants, Sandy Ground est un secteur « dense avec un bâti très imbriqué » observait vendredi le directeur général des services de la Collectivité, Philippe Millon. Une organisation « qui interpelle les pouvoirs publics en matière de cohésion sociale » et nécessite des actions ciblées « sur le vivre ensemble ». En outre Sandy Ground, par manque de foncier, ne dispose pas de logements sociaux : « cela a conduit à un déplacement sur Quartier, donc un déplacement du problème ». Le diagnostic souligne également « des préoccupations évidentes sur le plan de la déscolarisation » et la nécessité de « répondre au chômage ». Mais le secteur a aussi des atouts sur lesquels appuyer les projets répondant aux critères du contrat de ville dont « un important foisonnement associatif ». A l’inverse, Quartier d’Orléans, avec ses 5.100 habitants, est un secteur « plus éclaté ». « L’attention doit être portée au soutien à toutes les initiatives pour l’animation en direction de la jeunesse » indiquait Philippe Millon.
Aline Hanson a tenu à rappeler le rôle central des Conseils de quartier, qui ont apporté leur aide à l’élaboration du document cadre signé vendredi dernier. Leurs doléances portaient principalement sur le cadre de vie.
 
 
NOUVEL APPEL À PROJETS AU MOIS D’AOÛT
Le zonage de la politique de la Ville s’étant resserré, à Saint-Martin, les appels à projets qui ont été lancés entre juin et juillet avaient déjà incité les acteurs associatifs à cibler leurs actions sur les habitants de Sandy Ground et Quartier d’Orléans. Les porteurs de projets devaient alors intégrer trois priorités transversales dans leurs propositions : la jeunesse, l’égalité entre les femmes et les hommes, la prévention de toutes les discriminations. Sur l’enveloppe 2015 consacrée à la politique de la Ville (250.000 € de l’Etat et 150.000 € de la COM), un deuxième appel à projets sera lancé au mois d’août. Lutte contre l’illettrisme, sport, culture, médiation sociale par exemple… sont autant de thèmes sur lesquels les porteurs de projet peuvent se positionner, pourvu qu’ils concernent les habitants des deux secteurs prioritaires et répondent aux objectifs opérationnels de la politique de la Ville à Saint-Martin. 
Commenter avec Facebook

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.